[Info-Google] [Libération] [Le Monde] [Le Nouvel Observateur] [RFI] [Yahoo/image] [Yahoo-Info]

  Syrie
Répression AntiKurdes

Répression antikurdes en Syrie

Vingt-sept Kurdes mineurs accusés de crimes et délits à Damas


DAMAS, 2 mai (AFP) - 13h30 - Un tribunal pour mineurs à Damas a porté récemment plusieurs accusations contre 27 Kurdes mineurs, arrêtés en mars lors de troubles meurtriers dans le nord-est de la Syrie, ont indiqué dimanche des partis kurdes dans un communiqué.

"Le juge des mineurs à Damas a porté six accusations dont, certaines à caractère criminel, contre 27 mineurs kurdes arrêtés le 14 mars", affirme le communiqué faxé à l'AFP

Les mineurs, dont les âges n'ont pas été précisés, sont accusés de "provoquer des troubles et de porter atteinte à l'image de l'Etat, de dénigrer le chef de l'Etat, de nuire au sentiment national, de causer des dommages aux biens de l'Etat et de briser les vitres des voitures", précise le texte.

"Les mineurs interrogés par la Cour en présence de quatre avocats, ont tous plaidé non coupables", ajoute le communiqué.

"Nous dénonons la poursuite de l'arrestation illégitime de ces mineurs accusés parce qu'ils sont Kurdes (...) et nous affirmons que le respect de l'image de l'Etat passe par l'introduction de réformes démocratiques et non par des pratiques répressives", ajoutent les partis kurdes.

Du 12 au 17 mars, des affrontements ont opposé des Kurdes aux forces de l'ordre ou à des tribus arabes dans des régions du nord de la Syrie, faisant 40 morts, selon des sources kurdes, 25 morts selon un bilan officiel syrien.

Les Kurdes de Syrie, estimés à 1,5 million, représentent environ 9% de la population du pays et sont installés essentiellement dans le nord.

Dans une interview à la télévision al-Jazira diffusé samedi soir, le président syrien Bachar al-Assad a affirmé que "la question de la nationalité sera résolue".

Des partis kurdes en Syrie réclament régulièrement que les autorités restituent à près de 200.000 kurdes leurs cartes d'identité qui leur avaient été retirées en 1962.

Outre la reconnaissance de leur langue et de leur culture, les Kurdes de Syrie affirment revendiquer des droits politiques et administratifs "dans le cadre de l'intégrité territoriale du pays".