22 août 2006
Saddam Hussein a été confronté à ses premiers accusateurs, qui ont détaillé la sanglante répression menée contre le peuple kurde.


  

 (RV- mardi 22 août 2006) Saddam Hussein et ses six co-accusés comparaissent depuis lundi devant le haut tribunal pénal irakien pour le massacre de dizaines de milliers de Kurdes perpétré dans le Nord de l’Irak en 1988, en pleine guerre Iran-Irak. 
écouter Écouter l'émission


  



Par Marc SEMO - Mardi 22 août 2006

L'ancien dictateur irakien, son cousin «Ali le Chimique» et cinqcoaccusés sont jugés pour l'extermination d'au moins 200 000 Kurdes en1988.


  

19 août 2003 - 00:00
De jeunes Kurdes enlevées en 1988 auraient été vendues en Egypte.

Par Marc SEMO - Tazkhrmatoo envoyé spécial
Dans une enve loppe en papier, il garde une photo d'identité jaunie d'Hassiba, la préférée de ses cinq filles, la plus belle aussi, avec ses grands yeux noirs qui fixaient fièrement l'objectif.

  


21 août 2006 à 07h41  

Alors que le verdict de son premier procès pour le massacre de chiites doit être rendu le 16 octobre, l'ex-dictateur irakien est jugé pour "génocide" contre les Kurdes en 1987 et 1988 dans le cadre de l'opération "Anfal".


  

REUTERS : Lundi 21 août 2006
par Ibon Villelabeitia
SEOUSENAN (Reuters) - Le procès de Saddam Hussein et de six anciens officiers supérieurs va débuter à Bagdad pour le massacre de dizaines de milliers de Kurdes dans le cadre de l'opération "Anfal", vaste campagne de répression contre la population kurde du nord de l'Irak en 1988.
 

  

 Radio-France International
Jérom Bastion - Istanbul, 7 août 2006 - 05h30 - 06h00 TU
écouter- 4,46 min.


  


Laure Marchand
Publié le 7 août 2006

Les travaux engagés entraîneraient l'engloutissement sous les eaux de trésors antiques et de deux cents villages à majorité kurde.

  


Courrier international - 4 août 2006

Le transfert du pouvoir aux Irakiens se déroule progressivement. Ainsi, dès octobre, le gouvernement irakien aura à gérer directement les finances du pays et, d'ici à la fin de l'année, il aura à assumer la responsabilité de la sécurité sur l'ensemble du territoire irakien.

  


mercredi 2 août 2006

Au lendemain d'une journée particulièrement violente, le président irakien, Jalal Talabani, a affirmé que l'Irak sera en mesure d'assurer sa propre sécurité d'ici cinq mois.