17 novembre 2006
Compte rendu
ISTANBUL CORRESPONDANCE

 La Turquie a de nouveau reçu, jeudi 16 novembre, le premier ministre irakien alors qu'elle refuse toujours d'inviter son président - le Kurde Jalal Talabani -, qui suscite la plus grande méfiance à Ankara où l'on est déjà mal à l'aise avec ses propres citoyens d'origine kurde.

  


16/11/2006


Pour la première fois, deux Etats membres de l’Otan suspendent leurs relations militaires. Le mois dernier, l’Assemblée nationale française a approuvé un projet de loi visant à sanctionner toute négation du génocide arménien durant la Première guerre mondiale. De son côté, Ankara reconnaît l’existence de massacres pendant la guerre (qui ont fait 1,5 million de morts entre 1915 et 1923) mais rejette les allégations selon lesquelles l’empire ottoman a perpétré «un génocide». La Turquie avait prévenu que les relations bilatérales pourraient gravement être affectées en cas d’adoption définitive de la proposition de loi votée en octobre. Avant d’entrer en application, le projet de loi adopté par l’Assemblée devra encore être voté par le Sénat puis passer en deuxième lecture devant l’Assemblée mais, d’ores et déjà, Ankara a donné un premier coup de semonce.

 


  


jeudi 16 novembre 2006, 0h29

ANKARA, Turquie (AP) - La Turquie a décidé de suspendre ses relations militaires avec la France à la suite de l'adoption par les députés français d'une loi punissant la négation du génocide arménien, a annoncé mercredi soir le commandant des forces terrestres turques.


  


mercredi 15 novembre 2006, 8h57 
Par Michaela CANCELA-KIEFFER


PARIS (AFP) - "Je ne sais pas où aller, en Irak pas possible. Ailleurs, pas possible": Mohamed, 22 ans, SDF à Paris, se sent, comme un certain nombre de ses compatriotes irakiens, coincé entre deux enfers, celui de la précarité de la rue et celui de son pays en guerre.

  


Téhéran DELPHINE MINOUI. Publié le 15 novembre 2006

Maintenant que l'Irak est affaibli, Téhéran pourrait trouver son intérêt à un dialogue avec Washington.


  


AFP 14 novembre 2006
 
Les autorités syriennes ont libéré mardi le fils de l'ouléma kurde syrien assassiné en 2005 Mohammad Maachouk Khaznaoui, a annoncé l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme (OSDH), une ONG proche de l'opposition basée à Londres.

  

Analyse par Natalie Nougayrède
LE MONDE [14 novembre 2006]

Lorsqu'il parle de la Turquie, Jacques Chirac évoque rarement la promesse, faite en 1963 par de Gaulle et Adenauer, d'intégrer un jour ce pays dans l'Europe. En onze ans de pouvoir, le président français ne s'est jamais rendu en Turquie en visite d'Etat. En 1998, Jacques Chirac accueillait pourtant son homologue turc, Suleyman Demirel, à Paris. C'était la première visite du genre depuis 1967. La diplomatie turque attendait, en retour, un déplacement de M. Chirac, en se souvenant que le général de Gaulle, lui, avait fait le voyage d'Ankara en 1968.

  


7 novembre 2006

Chris Kutschera - Spécialiste du Kurdistan
Les Kurdes auront la satisfaction de voir Saddam Hussein jugé pour les crimes qu'il a commis contre eux.»

 Ecouter 4 min


  

 
C DANS L'AIR - mercredi 8 novembre 2006

Condamné à mort à la fin de son premier procès, Saddãm Hussein a de nouveau comparu en justice, le 6 octobre 2006, pour génocide, dans le dossier de la campagne Anfal de 1987-88, qui s'est soldée par le massacre d'environ 180 000 Kurdes.

  


mercredi 8 novembre 2006, 14h27 

ROME (AP) - La Turquie va tout faire pour respecter "tous les critères" fixés par l'Union européenne, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie turque Abdullah Gul, réagissant au rapport de l'UE qui réclame d'Ankara des efforts en matirèe de lutte contre la torture et de protection de la liberté d'expression.