vendredi 19 janvier 2007
Par Ragip DURAN et Marc SEMO

Adversaire résolu des lois liberticides qui en Turquie interdisent de parler du génocide arménien, Hrant Dink était tout aussi opposé aux lois mémorielles françaises.

«Mon état d’âme est celui d’un pigeon inquiet», écrivait Hrant Dink il y a une semaine dans un long article publié dans Agos, le principal hebdomadaire arménien de Turquie, qu’il avait fondé il y a dix ans. Un texte tragiquement prémonitoire.


  


20 janvier 2007
Par Ragip DURAN (Istanbul de notre correspondant)


Les milieux nationalistes soupçonnés d'avoir tué le journaliste turc Hrant Dink.

Le cadavre est resté au sol couvert d'une bâche blanche pendant plus d'une heure. «L'Etat assassin va rendre des comptes» et «Vive l'amitié entre les peuples», scandait une petite foule d'amis et de collègues. Cible des ultranationalistes pour ses propos sur le génocide arménien et plusieurs fois poursuivi par la justice (lire ci-contre), Hrant Dink, 52 ans, directeur de publication d' Agos, a été tué vendredi de trois balles devant le journal, principal hebdomadaire arménien de Turquie.

  


Rebonds - lundi 15 janvier 2007
Par Kendal NEZAN, président de l'Institut kurde de Paris

L'ex-dictateur irakien a été pendu pour le moins massif de ses crimes contre l'humanité.

  


18 janvier 2007
THIERRY OBERLÉ

Les Kurdes prévoient d'organiser cette année un référendum pour annexer Kirkouk à leur zone autonome, un projet mal vu en Irak comme dans la région.


  


18 janvier 2007
FEDERICO CAMPONOVO

La Cinémathèque suisse projette ce soir un film consacré au destin d’un jeune homme de Lutry qui a tout abandonné pour se battre dans les montagnes du Kurdistan irakien, où sa mère l’a retrouvé. Témoignage.


  

16 janvier 2007
Feurat Alani, envoyé spécial à Bagdad

 IRAK. Deux proches de l'ex-dictateur ont été pendus alors que d'autres crimes contre l'humanité n'ont pas été jugés. Tentative d'explication.


  


16 janvier 2007
Devenu une idole dans son pays en chantant des poèmes perses anciens, l'artiste kurde raconte un Iran " contradictoire ". Il est en concert à Paris, au Théâtre de la Ville

  


15 janvier 2007
par Nicolas  Falez

Le demi-frère de Saddam Hussein, Barzan al-Tikriti, ancien chef des services de renseignements et Awad al-Bandar, ancien président du tribunal révolutionnaire irakien, ont été pendus ce lundi matin à Bagdad. Ils avaient été condamnés à la peine capitale le 5 novembre 2006, en même temps que l’ancien chef de l’état, pour le massacre de 148 villageois chiites dans les années 1980.

  



Claude Lévesque
Édition du lundi 15 janvier 2007

Des spécialistes proposent un «plan B» inspiré de l'expérience de la Bosnie des années 1990


  


8 janvier 2007

La chaise de Saddam Hussein est vide, mais le procès des campagnes anti-kurdes Anfal, qui auraient fait 180.000 victimes, se poursuit. Un enregistrement audio attribué au raïs évoque sa responsabilité dans l’utilisation d’armes chimiques.