REUTERS : Lundi 21 août 2006
par Ibon Villelabeitia
SEOUSENAN (Reuters) - Le procès de Saddam Hussein et de six anciens officiers supérieurs va débuter à Bagdad pour le massacre de dizaines de milliers de Kurdes dans le cadre de l'opération "Anfal", vaste campagne de répression contre la population kurde du nord de l'Irak en 1988.
 

  

 Radio-France International
Jérom Bastion - Istanbul, 7 août 2006 - 05h30 - 06h00 TU
écouter- 4,46 min.


  


Laure Marchand
Publié le 7 août 2006

Les travaux engagés entraîneraient l'engloutissement sous les eaux de trésors antiques et de deux cents villages à majorité kurde.

  


Courrier international - 4 août 2006

Le transfert du pouvoir aux Irakiens se déroule progressivement. Ainsi, dès octobre, le gouvernement irakien aura à gérer directement les finances du pays et, d'ici à la fin de l'année, il aura à assumer la responsabilité de la sécurité sur l'ensemble du territoire irakien.

  


mercredi 2 août 2006

Au lendemain d'une journée particulièrement violente, le président irakien, Jalal Talabani, a affirmé que l'Irak sera en mesure d'assurer sa propre sécurité d'ici cinq mois.


  


Laure Marchand - Publié le 2 août 2006

Les réformes demandées par Bruxelles n'ont limité que partiellement le pouvoir des militaires.

 
L'ARMÉE a remporté une manche dans sa bataille contre le gouvernement AKP islamo-conservateur. Le général Yasar Büyükanit, qui appartient à la tendance dure de la hiérarchie militaire, a été nommé lundi chef de l'état-major. Son arrivée à la tête des forces armées confirme le regain d'influence du clan des souverainistes au sein de l'institution et intervient alors que les relations entre l'armée et le pouvoir civil se durcissent en Turquie.

  


LE MONDE [1er août  2006] ANKARA ENVOYÉE SPÉCIALE

e gouvernement turc a nommé à la tête de son armée, lundi 31 juillet, un général considéré comme un "faucon". Cette nomination intervient au moment où la Turquie relance ses menaces d'intervenir dans le nord de l'Irak et s'interroge sur sa participation à une force de paix au Liban.

  

 28 juil. 2006 - Turquie

Depuis le mois de juin, le Parti des travailleurs kurdes (PKK), réfugié dans le nord de l'Irak, multiplie les attaques dans le sud-est de la Turquie. Les raids d'Israël au Liban pour lutter contre le Hezbollah donnent des idées au gouvernement turc.

  

Par Ragip DURAN
QUOTIDIEN : Vendredi 28 juillet 2006 - 06:00
Istanbul de notre correspondant  


Ankara fait monter la pression pour s'attaquer aux rebelles du PKK.


Il y a certes une part de pure gesticulation pour satisfaire le nationalisme croissant de l'opinion publique turque. Mais, malgré l'opposition déclarée de Washington, les autorités d'Ankara évoquent toujours plus ouvertement une éventuelle «opération antiterroriste» transfrontalière en Irak du nord, pour attaquer les bases des rebelles kurdes turcs du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), considéré comme une organisation terroriste aussi bien par les Américains que l'Union européenne.

  

 19 juillet 2006  

 
L'attaque du 15 juillet marque une intensification de l'action du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Le gouvernement turc adopte en conséquence une ligne plus dure, avec le renforcement de la législation antiterroriste et des velléités d'action militaire contre les bases du PKK situées au nord de l'Irak.