InfoDe notre correspondant à Istanbul
Article publié le 17 avril 2006

Un attentat - non revendiqué - dans une rue commerçante d’Istanbul a fait une trentaine de blessés dimanche soir. La piste kurde est privilégiée, après une série d’actes similaires en début de mois.


  

Info- LE MONDE [11 avril 2006] 13h59

La Russie a été, de loin, le premier bénéficiaire de "Pétrole contre nourriture". Des sociétés russes ont obtenu le droit de vendre du pétrole irakien pour un montant total de 19,3 milliards de dollars, soit environ 30 % des transactions autorisées dans le cadre du programme onusien, indique le rapport Paul Volcker.

Visuel interactif

  

 

03.1998

Kendal Nezan, Předseda Kurdského institutu v Paříži, Březen 1998

   Článkem Kendal Nezana se vracíme k námětu protiíráckého embarga, kurdská verze možná osvětluje, proč existuje tolik rozpruplných zpráv o krveprolití v Halabji. Co však prokazuje docela jistě, je čistá hegemonistická (z)vůle USA při uvalování embarg bez ohledu na následky, vydávaná za ušlechtilý boj za lidská práva.


  

July 29, 1998 - Panel: Conflict Resolution Approaches

Remarks by: Kendal Nezan:   President, Kurdish Institute of Paris   
I would like to make a few introductory remarks to the discussion.


  


Que l'on soit pour ou contre la guerre, l'après-Saddam Hussein doit être pensé comme construction d'une démocratie, où l'expérience du Kurdistan peut être utile.

Info jeudi 28 novembre 2002

Par Kendal NEZAN

  

 [11 décembre 2004]  
Le régime turc et le traitement des minorités en question
PAR KENDAL NEZAN *


  


Propos recueillis par Frédéric Fristcher
9 juin 2006, (Rubrique Opinions

LE FIGARO. • La situation continue de se dégrader en Irak, pensez-vous que cette violence puisse dégénérer en guerre civile ?

Gérard CHALIAND.  Il faut s'entendre sur ce qu'est une guerre civile. Celle-ci est générale lorsque les dirigeants décident d'en découdre, l'un des camps pensant ainsi l'emporter. Ou bien c'est le résultat d'un glissement qu'on ne peut plus stopper tant les passions, comme naguère au Liban, ne peuvent plus être réfrénées par les directions. Les guerres civiles sont les plus cruelles des guerres et les plus irrationnelles. Leur coût étant presque toujours plus élevé que leur enjeu

  

27 mars 2003 - Marie-France Bazzo s'est entretenue avec Kendal Nezan, président de l'Institut kurde de Paris. Il décrit le passé tragique, la situation actuelle et les espoirs de ce peuple sans état.  


  

dimanche 1er juin 2003
Le point de vue de Kendal Nezan


  

 Le 23 avril dernier, en pleine guerre des Balkans, le Cercle GRAMSCI recevait trois hôtes de marque, pour débattre de la situation au Moyen-Orient, et particulièrement de deux questions majeures : la question kurde et le conflit israélo-palestinien. Quelques mois après l’arrestation du leader kurde Abdullah ÖCALLAN, et à quelques semaines de la grande échéance de mai 99 pour l’avenir du processus de paix en Palestine, ces deux questions ne manquaient pas d’intérêt.