Ankara fait un geste mais cache toujours son jeuMercredi 22 octobre 2014 à 12h00

Lefigaro.fr | Par Nare Hakikat

Le revirement d'Ankara est intervenu alors qu'un premier largage d'armes, de munitions et d'aide médicale a été effectué par l'aviation américaine dimanche soir pour venir en aide aux Kurdes.


  

Visite de Madame Anne Hidalgo à l’Institut kurdeVendredi 17 octobre 2014 à 18h35

Institutkurde.org

Madame Anne Hidalgo, Maire de Paris, accompagnée de M. Rémi Féraud, Maire du 10ème arrondissement de Paris et plusieurs de ses adjoints, a rendu visite à l’Institut kurde de Paris ce mercredi à 15h.


  

Protégeons les Kurdes et les SyriensJeudi 16 octobre 2014 à 18h17

Lemonde.fr | Par Kendal Nezan

Depuis un mois, les habitants de Kobané résistent avec héroïsme à l’offensive lancée contre leur ville par les troupes de l’« Etat islamique » (EI). Le rapport des forces est inégal. Les djihadistes disposent d’armes lourdes et de blindés. Ils peuvent recevoir des renforts et puiser dans les ressources d’un territoire grand comme la Jordanie. Ils comptent dans leurs rangs des milliers d’ex-officiers de Saddam Hussein, des ex-commandos des unités spéciales turques antikurdes ainsi que des djihadistes d’une cinquantaine de nationalités.


  

La Turquie veut-elle vraiment la paix avec les Kurdes ?Mardi 14 octobre 2014 à 15h51

France24.com

Face à l’inaction d’Ankara à Kobané, le leader kurde du PKK a menacé de suspendre le 15 octobre les négociations de paix avec le pouvoir turc. La Turquie, qui défend toujours l'armistice, a pourtant bombardé lundi des positions du PKK.


  

«L’Institut kurde a besoin d'un rétablissement des subventions»Lundi 13 octobre 2014 à 16h06

Liberation.fr

QUESTIONS À KENDAL NEZAN *

Jamais l’enjeu kurde n'aura été aussi évident au Moyen-Orient mais Paris est en train de se priver d'un fondamental relais d'influence en laissant dépérir l'Institut kurde. D’où l’alarme de son président, Kendal Nezan.


  

Dernier appel pour KobanéLundi 13 octobre 2014 à 14h09

Par BERNARD-HENRI LÉVY

Libération (13-octobre-2014) Kobané va tomber. C'est une question d'heures. Peut-être de jours. Mais Kobané va tomber, victime des mauvais comptes d’un Erdoğan qui joue avec le feu ou, plus exactement, avec le diable et qui, en demeurant l'arme au pied, en laissant sa puissante armée stationnée le long de la frontière turco-syrienne, à quelques kilomètres de la ville déjà martyre, semble bien, entre les Kurdes et Daech, avoir choisi Daech.


  

Kouchner : "Notre lâcheté ne sera pas récompensée"Dimanche 12 octobre 2014 à 12h00

Lejdd.fr | François Clemenceau

INTERVIEW - Bernard Kouchner, ancien ministre des Affaires étrangères (2007-2010) revient sur l'intervention française dans le conflit irakien et la nécessité d'agir face à l'avancée des djihadistes le long de la frontière turco-syrienne.


  

 CARTE: les Kurdes, un peuple à cheval sur quatre paysVendredi 10 octobre 2014 à 15h13

Bfmtv.com |  Adrienne Sigel et Olivier Laffargue

Directement confrontés à l'Etat islamique à Kobané, ville du nord de la Syrie à la frontière turque, les Kurdes d'Irak et de Syrie se retrouvent en première ligne face à l'avancée fulgurante des jihadistes dans la région. Focus sur un peuple écartelé entre quatre pays.


  

Marseille : le directeur de cabinet du préfet appelle les Kurdes à "foutre le camp"Mercredi 8 octobre 2014 à 01h53

Nouvelobs.com

Gilles Gray a conseillé aux Kurdes d'aller combattre les djihadistes de l'Etat islamique, plutôt que "de mettre la merde à Marseille".


  

Syrie-Irak: qui sont les combattants kurdes?Mardi 7 octobre 2014 à 22h08

Bfmtv.com | Adrienne SIGEL

Ils sont en première ligne dans la bataille de Kobané, cette ville du Kurdistan syrien située à la frontière turque, dont les jihadistes sont en passe de s'emparer. Depuis le début de la contre-offensive en Irak et en Syrie,  les combattants kurdes sont les principaux rivaux de l'Etat islamique, au sol.