La France doit condamner « la réalité brutale et cruelle de la dictature des mollahs » en IranMercredi 13 février 2019 à 16h29

lemonde.fr | Tribune | Collectif | Publié le 11 février 2019

Dans une tribune au « Monde », seize personnalités – journalistes, écrivains, scientifiques, hommes et femmes politiques – dont Daniel Cohn-Bendit, Arno Klarsfeld ou encore Corinne Lepage estiment que le quarantième anniversaire de la République islamique doit être l’occasion pour la France de soutenir les aspirations à la liberté du peuple iranien face à une répression implacable.

 


  

 Syrie: l'Europe doit œuvrer pour protéger les KurdesMercredi 6 février 2019 à 14h55

Libération.fr | Par Kendal Nezan, Président de l’Institut kurde de Paris

Le retrait des forces américaines de Syrie pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour les Kurdes ainsi que pour la crédibilité et la sécurité des pays occidentaux. Une zone de protection pour les Kurdes est nécessaire.


  

« La France joue un rôle majeur pour éviter le pire au Kurdistan de Syrie »Lundi 4 février 2019 à 17h47

lemonde.fr | Par Patrice Franceschi (Ecrivain) | 31/01/2019

Tribune. Le 19 décembre, Donald Trump, dans une invraisemblable foucade, annonçait le retrait sans délais des soldats américains déployés dans le nord de la Syrie – et par conséquent l’abandon brutal de nos alliés kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le combat qu’ils menaient avec nous contre les islamistes. Il est intéressant de revenir aujourd’hui sur cet épisode déroutant afin de comprendre pour quelles raisons il n’a pas eu les suites tragiques que tout le monde annonçait.

 


  

 Les femmes yézidies interpellent la communauté internationaleJeudi 24 janvier 2019 à 17h52

Lcp.fr | Un récit de Maité Frémont.

Peuple historiquement persecuté, les yézidis ont été les premières victimes de Daech. Des femmes, parmi lesquelles des ex-otages et esclaves sexuelles de l’organisation terroriste, ont choisi de témoigner, et appellent la communauté internationale à réagir, alors que trois mille femmes se trouveraient encore dans les geôles de l’État islamique.


  

Appel au Président de la République : ne laissons pas nos alliés kurdes se faire massacrer en SyrieMardi 15 janvier 2019 à 16h14

Jclagarde.fr

Nous, parlementaires de différents groupes politiques, lançons un appel au Président de la République et au Gouvernement pour qu’ils renforcent le soutien de la France aux forces kurdes de Syrie et leurs alliés non kurdes au sein des FDS (Forces Démocratiques Syriennes).


  

Kurdistan syrien : Réalité politique ou utopie ?Mardi 15 janvier 2019 à 13h33

Moyen-Orient Magazine | Guillaume Fourmont | N° 41 janvier-mars 2019

Dans le contexte de la guerre secouant la Syrie depuis 2011, une expérience politique a fait son apparition dans le nord du pays : en novembre 2013, les Kurdes y déclaraient l’autonomie du Rojava ou « Kurdistan occidental ». C’est une sorte de revanche sur l’histoire (p. 18 et 24) pour un peuple marginalisé par Damas, mais les défis sont nombreux. Si l’un des objectifs est politique, aspirant notamment à une démocratie communaliste et à la réconciliation des communautés de la région, l’enjeu est aussi économique (p. 50) : comment rendre viable un territoire non reconnu internationalement et dépendant militairement de l’aide américaine ? Comment gérer un « État » (p. 38) face à des puissances régionales impliquées de près ou de loin dans une guerre qui n’en finit pas (p. 30) ?


  

« Les Kurdes. Un peuple sans Etat en 100 questions »Lundi 14 janvier 2019 à 17h35

Le point 2419 | Propos recueillis par Romain Gubert | 10 janv. 2019

 

Laissés-pour-compte. Connus dès les premiers siècles de notre ère, les Kurdes ne sont jamais parvenus à faire du Kurdistan un Etat indépendant. Le chercheur Boris James retrace leur histoire mouvementée.

« Les Kurdes. Un peuple sans Etat en 100 questions », de Boris James et Jordi Tejel Gorgas (Tallandier, 378 p., 16,50 €).


  

La tragédie des KurdesVendredi 11 janvier 2019 à 18h29

lepoint.fr | Par Romain Gubert |10/01/2019

En Irak et en Syrie, les combattants kurdes ont été en première ligne dans la guerre contre Daech… et nous les abandonnons. Récit d'un lâchage.

Redur Khalil n'est pas content. Ce commandant des forces kurdes du nord-est de la Syrie a été trompé. Amertume. Colère rentrée. Il y a encore quelques semaines, ce fier officier aux cheveux argentés et à l'uniforme chargé de médailles accompagnait sur le terrain de la guerre contre Daech l'envoyé spécial des Etats-Unis Brett McGurk. Il a montré à l'homme de la Maison-Blanche les stigmates, les amas de ferraille et de béton. Il lui a présenté des combattants devenus unijambistes après avoir sauté sur des mines posées par les djihadistes. Des veuves. Des orphelins. Les vies fracassées par la folie des hommes.


  

Retrait de l’armée américaine en Syrie : les Kurdes à la merci de leurs ennemisVendredi 11 janvier 2019 à 18h00

Le Parisien | Par Philippe Martinat | 10/01/2019

Avec le retrait surprise américain de la région, annoncé par Trump, les combattants kurdes, en première ligne face à Daech, se retrouvent seuls au monde.


  

Erdogan recycle-t-il des anciens de Daech ?Vendredi 11 janvier 2019 à 18h00

lepoint.fr | De notre envoyé spécial en Syrie, Jérémy André | 10/01/2019

Manigances. Sans être cataloguées comme terroristes par l’Occident, les milices syriennes anti-Kurdes armées par la Turquie sont parfois liées aux groupes djihadistes.