Rojava

En apprendre plus sur

Cynisme

Une trahison. Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier l’attitude de Donald Trump à l’égard de ses alliés kurdes. On ne sait si le retrait américain de la zone frontalière sera confirmé : cette perspective rencontre une forte opposition au sein de l’administration américaine. Mais l’intention du Président n’est pas douteuse : il veut abandonner les Kurdes à leur sort.

Rappelons-nous. Quand les alliés ont voulu empêcher les terroristes de l’Etat islamique de s’installer dans leurs terres de conquête, il a fallu trouver des soldats capables d’affronter les islamistes sur le terrain. Les puissances occidentales ne souhaitaient pas déployer des troupes au sol, en dehors de quelques centaines de combattants des forces spéciales : elles se sont tournées vers les Kurdes. Dans leur intérêt, bien sûr, mais aussi dans celui des Occidentaux, ces soldats courageux se sont retrouvés en première ligne. C’est en grande partie grâce à leur abnégation et à leur efficacité que les enclaves créées par Daech sont tombées une à une.

Et voici que pour toute reconnaissance, les Etats-Unis, mollement désapprouvés par les Européens - notamment les Français, pourtant proches des Kurdes -, envisagent très sérieusement d’abandonner purement et simplement leurs alliés aux coups de l’armée turque. Cynisme et double jeu : tels sont les principes qui gouvernent cette trahison annoncée. Nul simplisme dans ce diagnostic. On sait que la Turquie, depuis des lustres, redoute plus que tout la constitution d’un embryon de Kurdistan autonome à sa frontière, qui servirait de point d’appui et de référence à la forte minorité kurde présente sur son sol. Mais cette affaire complexe est justiciable d’une négociation entre les parties, qui assurerait la sécurité de nos alliés. On prévoit la désertion. Elle resterait comme une tache sur l’honneur des démocraties.

Cette catégorie contient 91 articles

« Sans les Kurdes qu’il a trahis, Trump ne célébrerait pas sa “victoire” sur l’EI »

« Sans les Kurdes qu’il a trahis, Trump ne célébrerait pas sa “victoire” sur l’EI »Lundi 4 novembre 2019 à 15h02

lemonde.fr | Alain Frachon (éditorialiste au « Monde ») | Le 2 novembre 2019

En se félicitant de la mort d’Abou Bakr Al-Baghdadi, le président américain veut faire oublier qu’il a livré les Kurdes à la Turquie et aux exactions des supplétifs arabes syriens d’Ankara, écrit, dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde ».

Comment les Kurdes ont permis aux Américains de tuer le chef de Daech

Comment les Kurdes ont permis aux Américains de tuer le chef de DaechJeudi 31 octobre 2019 à 16h40

Le Canard enchaîné | mercredi 30 octobre 2019

Trump doit son succès aux Kurdes

Accrochages entre Turcs et Syriens à la frontière

Accrochages entre Turcs et Syriens à la frontièreJeudi 31 octobre 2019 à 14h19

lemonde.fr | Par Marie Jégo (correspondante) et Allan Kaval (Derbassiyé, Syrie, envoyé spécial) | 30/10/2019

Dans le nord-est de la Syrie, l’intervention de la Russie n’évite pas les accrochages

Six soldats syriens ont été tués tandis que les Russes organisent le retrait des forces kurdes dans le nordest

L’officier de la police militaire russe a l’air préoccupé. Dans l’habitacle de son tout-terrain blindé, portière ouverte, sa voix s’agace au téléphone. Le convoi de trois véhicules qui comprend un autre blindé léger et un transport de troupes, drapeau russe dans le vent d’automne, s’est arrêté dans une rue de la petite ville kurde de Derbassiyé.

Résolution de l'Assemblée nationale condamnant l'offensive turque

Résolution de l'Assemblée nationale condamnant l'offensive turque Mercredi 30 octobre 2019 à 18h11

A l'initiative de l'Institut kurde de Paris, l'Assemblée nationale française, à l'unanimité de ses huit groupes politiques, a adopté, le mercredi 30 octobre 2019 une résolution condamnant l'invasion militaire turque du Kurdistan syrien et apportant son soutien aux populations.

C'est la première fois dans l'histoire que l'Assemblée nationale adopte une résolution de soutien au peuple kurde.

"Al-Baghdadi mort comme un chien"

   Mercredi 30 octobre 2019 à 18h11

le Monde | Par Gilles Paris | Le 28/10/2019

Trump annonce la mort d’Al-Baghdadi, l’organisation Etat islamique résiste encore

Pour Donald Trump, c’est un succès incontestable. Le chef de l’EI est mort, dimanche 27, lors d’un raid des forces spéciales américaines  

Le président américain compte retirer les fruits de cette victoire, alors qu’il est fragilisé par une procédure d’impeachment  

Selon un rapport du Pentagone, l’EI « se ressaisit en Syrie », avec des cellules clandestines toujours actives  

En Syrie, les Kurdes perdent leur ennemi et leur autonomie (Allan Kaval)  

Le Point : L’éradicateur

Le Point : L’éradicateurMardi 29 octobre 2019 à 18h49

Le Point N° 2461 | 24/10/2019 | Dossier complet

« Erdogan ne comprend que le bras de fer. Quand les troupes turques sont entrées dans Afrine, en 2018, nous n’avions rien dit. Cette fois-ci, il est là pour en finir avec le peuple kurde.»
Patrice Franceschi, auteur de «Mourir pour Kobané»

Dossier Paris Match : Hevrin KHALAF Symbole du martyre kurde

Dossier Paris Match : Hevrin KHALAF Symbole du martyre kurdeLundi 28 octobre 2019 à 16h10

Paris Match | N° 3677 | 24 octobre 2019 | Photos Frédéric Lafargue

Deux articles suivent le dossier Hevrin

  • Sa table de nuit raconte la vie de Hevrin
    des produits de beauté, des livres sur la révolution, des poèmes en arabe, le coran et des bougies parfumées

  • Trump s’en va, Erdogan attaque, Assad et Poutine s’interposent
    L’armée syrienne libre dont nous souhaitions tant la victoire contre Assad se retrouve massacrer nos alliés kurdes

A PEINE LES AMÉRICAINS SUR LE DÉPART, LA JEUNE MILITANTE A ÉTÉ ASSASSINÉE AVEC UNE VIOLENCE TERRIBLE LORS DE L’OFFENSIVE TURQUE

 

Combat contre Daech : ces «frères d’armes» français tombés avec les Kurdes

Combat contre Daech : ces «frères d’armes» français tombés avec les KurdesSamedi 26 octobre 2019 à 17h33

Le Parisien | Par Nelly Terrier | Le 26/10/2019

Frédéric Demonchaux, Olivier Le Clainche et Farid Medjahed avaient rejoint les rangs du bataillon international des forces kurdes. Tous les trois ont laissé la vie dans le combat contre Daech.

L’OTAN en crise face à Trump et Erdogan

L’OTAN en crise face à Trump et ErdoganSamedi 26 octobre 2019 à 12h44

lemonde.fr | Par Nathalie Guibert et Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen) | 26/10/2019

Divisée et affaiblie par le retrait américain de Syrie, l’Alliance atlantique voit ses principes fondamentaux remis en cause.

 

Des miliciens proturcs, le 23 octobre, à Ras Al-Aïn, dans le nord-est de la Syrie. UGUR CAN /REUTERS

La ministre française de la défense, Florence Parly, le 21 octobre à Paris. BENOIT TESSIER / REUTERS

Le ministre turc de la défense, Hulusi Akar, le 24 octobre à Bruxelles. Virginia Mayo / AP