Page Précédente

Un colonel turc inculpé dans l'affaire des Kurdes assassinés


Mercredi 25 mars 2009 à 09h22

DIYARBAKIR (Turquie), 25 mars 2009 (AFP) — Un colonel turc a été inculpé et placé en détention provisoire mercredi dans l'enquête sur les "puits de la mort", l'assassinat présumé d'un nombre indéterminé de Kurdes dans le sud-est de la Turquie, a-t-on appris de source judiciaire.

Un tribunal de Diyarbakir, la plus grande ville du sud-est peuplé majoritairement de Kurdes, a inculpé le colonel Cemal Temizoz d'appartenance à une organisation armée illégale et d'incitation au meurtre, a-t-on précisé.

Le colonel est le troisième suspect inculpé depuis le début du mois dans l'enquête sur l'assassinat présumé de Kurdes sympathisants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) par les forces de sécurité ou des hommes de main.

Leurs corps auraient été jetés dans des puits et recouverts d'acide, dans les années 1990, au plus fort de l'insurrection kurde en Turquie.

Le colonel dirigeait une unité de gendarmerie à Cizre (sud-est), de 1993 à 1996, et il est actuellement commandant de la gendarmerie à Kayseri (centre).

Un tribunal de Diyarbakir a inculpé mardi Kamil Atak, l'ancien maire de Cizre, des chefs de meurtre et d'appartenance à une organisation interdite, dans la même enquête.

Son fils avait été inculpé ultérieurement, après la découverte, lors de fouilles demandées par la justice, de près de 20 restes humains, la semaine dernière dans un village près de Cizre.

Les fouilles ont été entreprises en février après la publication dans la presse de déclarations d'un repenti du PKK.

Des corps auraient également été enterrés le long de la route entre Cizre et Silopi. Des fouilles à deux endroits différents de Silopi ont révélé des fragments d'os, des restes de cheveux et de vêtements.

Le PKK a pris les armes en 1984 pour l'indépendance des régions kurdes, et le conflit a fait environ 44.000 morts.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.