Page Précédente

Turquie: une quarantaine de personnes, dont un photographe de l'AFP, arrêtées


Mardi 20 decembre 2011 à 15h39

ISTANBUL, 20 déc 2011 (AFP) — Une quarantaine de personnes, dont un photographe de l'AFP, ont été arrêtées mardi lors d'une opération policière menée dans plusieurs villes de Turquie et visant des milieux soupçonnés de collusion avec les rebelles kurdes, selon l'agence de presse Anatolie.

Parmi elles figure un photographe de l'AFP, Mustafa Özer, qui a été arrêté au terme d'une perquisition de plusieurs heures effectuée par la police anti-terroriste à son domicile d'Istanbul, a précisé son avocate, Sibel Tokaoglu.

La police a saisi des CD et des documents et copié des cartes de mémoire informatique appartenant au photographe de l'AFP, a-t-elle ajouté.

Au moins 38 personnes, dont un nombre non précisé de journalistes, ont été arrêtées lors de ces opérations de police visant des personnes soupçonnées de liens avec le KCK (Union des communautés kurdes), a précisé Anatolie.

Le KCK, une organisation clandestine, est soupçonnée d'être la branche urbaine du mouvement armé PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), en lutte depuis 1984 contre le pouvoir central, d'abord pour l'indépendance, puis l'autonomie des régions kurdes de Turquie.

Selon les lois anti-terroristes en Turquie, les suspects peuvent être détenus en garde à vue pendant quatre jours avant d'être présentés devant un juge, qui peut alors décider d'une inculpation et d'un placement en détention dans l'attente d'un procès.

Depuis 2009, 700 personnes, selon le gouvernement, et 3.500 dont des députés et des élus locaux, selon les milieux kurdes, ont été incarcérées sous l'accusation de collusion avec le KCK.

Quelque 70 journalistes et intellectuels ont été arrêtés en Turquie, notamment dans ce dossier visant les milieux kurdes, ce qui a entraîné les critiques et condamnations d'associations de défense des droits de l'Homme, ainsi que de l'Union européenne.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.