Page Précédente

Turquie: Trois millions de signatures en faveur du chef rebelle kurde Öcalan


Vendredi 20 octobre 2006 à 09h51

ANKARA, 20 oct 2006 (AFP) — Une campagne en Turquie en faveur du chef rebelle kurde emprisonné Abdullah Öcalan a recueilli plus de trois millions de signatures, ont annoncé vendredi à Ankara des militants kurdes.

"En tant qu'un habitant du Kurdistan, je considère et reconnais Abdullah Öcalan comme une entité politique au Kurdistan", affirmé le texte signé.

Öcalan, surnommé "Apo", est le fondateur et le dirigeant du parti interdit des Travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatiste) considéré comme un organisme terroriste par la Turquie, l'Union européenne et les Etats-Unis.

Le PKK a déclenché en 1984 une rébellion sécessionniste dans le sud-est de la Turquie, peuplé majoritairement de Kurdes, qui a fait plus de 37.000 morts.

Il purge depuis 1999 une peine à vie pour trahison et séparatisme sur l'île-prison d'Imrali (nord-ouest), dont il est le seul détenu.

"Malgré ses difficiles conditions pénitentiaires, Öcalan est l'instigateur ces sept dernières années de plusieurs propositions pour un règlement pacifique de la question kurde, dont son dernier appel pour une trêve" du PKK, selon une déclaration lue devant la presse par ses défenseurs et les organisateurs de la campagne.

Le PKK a suivi l'appel de son chef et proclamé un cessez-le-feu unilatéral envers les forces de sécurité turques à partir du 1er octobre.

"Öcalan a fait une contribution remarquable au climat actuel de paix", ont-ils affirmé.

Les signatures seront envoyés au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au chef de l'Etat Ahmet Necdet Sezer et au président du Parlement Bülent Arinç, a indiqué l'un de ses avocats, Irfan Dündar, qui a déploré que ces trois personnalités aient refusé de les recevoir.

Öcalan est toujours considéré comme l'ennemi public no1 par les autorités turques, qui ont rejeté la dernière trêve en date du PKK.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.