Page Précédente

Turquie: peine de prison requise contre un homme politique kurde


Vendredi 16 mars 2007 à 13h53

DIYARBAKIR (Turquie), 16 mars 2007 (AFP) — Un procureur turc du sud-est anatolien peuplé en majorité de Kurdes a requis vendredi jusqu'à trois ans de prison contre un homme politique du principal parti pro-kurde de Turquie, accusé d'incitation à la haine raciale, ont affirmé des sources judiciaires.

Hilmi Aydogdu, le président du Parti pour une société démocratique (DTP) de la province de Diyarbakir, est poursuivi pour avoir déclaré à la presse fin février que les Kurdes de Turquie "considéreraient une attaque turque sur Kirkouk comme une attaque sur Diyarbakir".

La Turquie a manifesté à maintes reprises son opposition au projet des Kurdes irakiens d'incorporer la ville pétrolifère et multiethnique du nord de l'Irak à leur région autonome.

Ankara craint que le contrôle des richesses pétrolières de Kirkouk n'encourage les Kurdes d'Irak à proclamer leur indépendance, une situation qui pourrait attiser l'insurrection des séparatistes kurdes de Turquie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui a fait plus de 37.000 morts depuis 1984.

Les déclarations de M. Aydogdu, placé en détention provisoire le 23 février dans l'attente de son procès -il devrait débuter le mois prochain, selon son avocat-, ont suscité un tollé en Turquie, où les Kurdes d'Irak sont accusés de soutenir le PKK.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne, disposent de plusieurs camps dans les montagnes de la zone autonome kurde irakienne.

Le DTP est souvent accusé de soutenir le PKK et plusieurs de ses membres ont été poursuivis pour des liens supposés avec les rebelles.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.