Page Précédente

Turquie: début du procès de sept auteurs présumés d'exécutions de Kurdes


Vendredi 11 septembre 2009 à 08h43

DIYARBAKIR (Turquie), 11 sept 2009 (AFP) — Le procès de sept prévenus, dont un colonel de gendarmerie, accusés d'avoir participé à l'exécution sommaire de 20 personnes dans le sud-est de la Turquie alors que la rébellion kurde battait son plein, a débuté vendredi à Diyarbakir (sud-est).

D'importantes mesures de sécurité ont été prises à Diyarbakir, la principale ville du sud-est anatolien, peuplé en majorité de Kurdes, avec des dizaines de policiers patrouillant autour du tribunal et un contrôle détaillé des observateurs admis dans le bâtiment, a constaté un correspondant de l'AFP.

Le procès est considéré comme une avancée majeure dans l'établissement de la vérité sur les allégations de violations massives des droits de l'Homme durant la lutte entre les forces de sécurité et les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

L'acte d'accusation affirme que le colonel Cemal Temizoz avait formé une sorte de milice chargée de poursuivre des personnes suspectées d'aider les rebelles lorsqu'il était en fonction dans la province de Sirnak, frontalière de l'Irak, de 1993 à 1996.

Les membres de ce gang auraient tué certains des suspects, dont les corps auraient été sommairement enterrés dans des endroits isolés.

"Le gang avait commis plusieurs meurtres ou assassinats et avait pour ce faire utilisé les moyens et équipements de l'Etat, dans sa lutte" contre les rebelles, souligne l'acte d'accusation, qui fait porter au groupe la responsabilité de 20 cas.

Le procureur a requis la réclusion à perpétuité sans réduction de peine pour les sept prévenus.

En mars et avril, des fouilles entreprises sur ordre de la justice dans le sud-est de la Turquie avaient conduit à la découverte d'os et de vêtements.

Le conflit entre le PKK et les forces de sécurité turques a fait au moins 45.000 morts, et des milliers de déplacés.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.