Page Précédente

Trois Américains détenus en Iran près de la frontière irakienne


Samedi 1 août 2009 à 00h12

WASHINGTON, 31 juil 2009 (AFP) — Trois touristes américains ont été arrêtés vendredi par les autorités iraniennes après avoir franchi la frontière entre le Kurdistan irakien et l'Iran, a rapporté la chaîne de télévision CNN.

L'ambassade des Etats-Unis à Bagdad est au courant de ces informations et enquête, a indiqué un haut responsable de l'administration américaine. L'Iran n'entretient pas de relations diplomatiques avec les Etats-Unis. De son côté, un responsable du Pentagone a indiqué qu'aucun membre de l'armée américaine n'était impliqué dans cet incident.

CNN, qui cite un haut responsable du Kurdistan irakien, affirme que les touristes ont été arrêtés alors qu'ils visitaient Ahmed Awa, une destination touristique populaire de cette région autonome du nord de l'Irak, où les frontières avec l'Iran voisin ne sont pas clairement marquées.

Selon le responsable kurde cité par la chaîne, les trois touristes ont appelé un de leurs compagnons resté à leur hôtel en Irak pour l'informer qu'ils étaient perdus et encerclés par des militaires iraniens.

Auparavant, un responsable des gardes-frontières irakiens avait indiqué à l'AFP que trois Occidentaux dont la nationalité n'était pas confirmée, avaient été arrêtés vendredi par les forces de sécurité iraniennes après avoir franchi la frontière.

"Trois Occidentaux avec leurs sacs à dos ont traversé la frontière avec l'Iran à Ahmed Awa" avant d'être arrêtés, avait-il indiqué sous couvert d'anonymat.

Ahmed Awa se trouve à quelque 90 km au nord-est de Souleimaniyeh, la deuxième plus grande ville du Kurdistan irakien.

Selon CNN, la police touristique de la région a rapporté avoir rencontré les trois Américains et les avoir avertis de leur proximité avec la frontière iranienne. "Vous n'êtes par irakiens, vous êtes américains. C'est une période très tendue", leur auraient dit les policiers selon des propos rapportés par la chaîne.

Les relations irano-américaines sont tendues depuis de nombreuses années. Téhéran avait été placé par l'ex-président américain George W. Bush sur l"axe du mal" des pays soutenant le terrorisme tandis que les autorités iraniennes dépeignaient les Etats-Unis comme "le grand Satan".

Les tensions se sont avivées ces derniers mois, malgré les ouvertures du président américain Barack Obama envers l'Iran, sur fond d'ambitions nucléaires de Téhéran et après le résultat controversé des élections iraniennes du 12 juin.

Dans ce contexte, la détention de citoyens américains est susceptible d'être exploitée comme une victoire par la propagande du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Ces arrestations interviennent également trois jours après des affrontements qui ont vu les forces irakiennes prendre le contrôle d'un camp des Moudjahidine du Peuple, principal mouvement armé en exil au régime de Téhéran, près de Bagdad. Selon les forces de sécurité irakiennes, ces affrontements ont fait 11 morts, au moins 300 blessés et se sont soldés par 50 arrestations.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.