Page Précédente

Reprise du procès de Saddam Hussein en l'absence des avocats de la défense


Lundi 25 septembre 2006 à 07h14

BAGDAD, 25 sept 2006 (AFP) — Le procès de l'ancien président irakien Saddam Hussein, accusé de génocide contre les populations kurdes, a repris lundi en sa présence et celle de ses six co-accusés, mais en l'absence de leurs avocats.

Des avocats ont été commis d'office par le juge Mohammed al-Oreibi al-Majid al-Khalifa.

L'équipe de défense a annoncé qu'elle boycottait l'audience de lundi pour protester "contre les fortes pressions exercées par le gouvernement" après la révocation du juge Abdallah al-Améry de la présidence du tribunal pour "partialité".

Cette onzième journée d'audience du procès a commencé avec l'audition de Mohammad Rassoul Moustafa, un Kurde de plus de 70 ans.

Ce témoin a décrit le bombardement chimique de Sawisaynan, qui est à une heure de marche de son village.

"J'ai vu la fumée envelopper le village. Quand je me suis rendu sur place, j'ai senti une étrange odeur de pomme. J'ai alors couru loin, avec les autres villageois. J'avais des difficultés pour respirer", a-t-il raconté au tribunal.

La dixième journée d'audience mercredi avait été mouvementée, avec l'expulsion par le nouveau juge, Mohammed al-Oreibi al-Majid al-Khalifa, du président déchu et le retrait des avocats de la défense.

Saddam Hussein et six de ses lieutenants sont jugés pour avoir ordonné et exécuté les campagnes militaires d'al-Anfal, qui auraient fait en 1987 et 1988 180.000 victimes au Kurdistan, selon des estimations officielles.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.