Page Précédente

Pas d'incursion turque au Kurdistan irakien (gardes-frontières et PKK)


Mardi 25 octobre 2011 à 11h18

erbil (Irak), 25 oct 2011 (AFP) — Les forces turques n'ont pas pénétré sur le sol irakien, ont affirmé mardi deux responsables irakiens des gardes-frontières et un porte-parole du PKK, alors que des sources sécuritaires turques ont affirmé l'inverse lundi soir.

Un habitant de la province de Dohouk au Kurdistan irakien a toutefois affirmé avoir vu "un grand nombre de militaires turcs" entrer mardi matin dans la petite ville de Ouri.

"Il n'y a pas d'incursion turque de soldats ou de forces turques sur le sol irakien", a déclaré à l'AFP le colonel Hussein Tamer, commandant des gardes-frontières de la province de Dohouk, à l'extrême nord de l'Irak.

Le général major Ahmed Fadheladin, commandant des gardes-frontières dans la province voisine d'Erbil a abondé dans son sens: "Jusqu'ici, il n'y a pas eu d'incursion", a-t-il dit.

Erbil et Dohouk sont les deux provinces du Kurdistan irakien qui ont une frontière commune avec la Turquie.

Un porte-parole du PKK, Ahmed Denis, a également démenti toute incursion. "Les forces turques n'ont pas pénétré le territoire du Kurdistan", a-t-il dit à l'AFP, dénonçant "une guerre médiatique contre nous" de la part des médias turcs.

"Leur objectif est de dissimuler les échecs militaires subis du fait des combattants du PKK ces derniers jours. Nous appelons les Kurdes à ne pas croire ces rumeurs lancées par les médias turcs", a-t-il dit.

Mais selon Fawzi Ibrahim Mohammed, 50 ans et habitant de Ouri dans la province de Dohouk, des militaires turcs étaient bel et bien présents mardi matin au Kurdistan irakien.

"Vers 11H30 (08H30 GMT), un grand nombre de militaires turcs est entré dans notre village (...) et ils continuent d'arriver", a-t-il dit.

"Jusqu'ici il n'y a pas eu d'affrontements entre les soldats turcs et le PKK", a-t-il ajouté, soulignant que "le PKK n'a pas de bases dans la ville".

Lundi soir, des sources sécuritaires turques avaient affirmé à Diyarbakir que des unités de l'armée turque avaient pénétré ce même jour dans le nord de l'Irak pour se diriger vers des camps des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Une vingtaine de chars et une trentaine de camions militaires sont entrés en Irak à partir du village de Siyahkaya et se dirigeaient vers les bases des séparatistes kurdes de Turquie situées dans la vallée d'Haftanin, selon ces sources.

L'offensive turque à la frontière turco-irakienne a commencé la semaine dernière suite à des attaques multiples menées par plus de 200 rebelles mardi soir contre des postes militaires, qui ont coûté la vie à 24 militaires turcs et en ont blessé 18. Il s'agit des plus lourdes pertes de l'armée turque depuis 1993 dans sa lutte contre les séparatistes kurdes.

Environ 10.000 hommes sont engagés dans l'opération actuelle de l'armée des deux côtés de la frontière turco-irakienne, selon les sources sécuritaires turques.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.