Page Précédente

Manifestation kurde en faveur d'Öcalan devant le Conseil de l'Europe


Mercredi 18 avril 2007 à 14h23

STRASBOURG (Conseil Europe), 18 avr 2007 (AFP) — Plusieurs centaines de Kurdes - 400 selon les organisateurs - ont manifesté mercredi devant le Conseil de l'Europe en faveur du chef rebelle kurde emprisonné Abdullah Öcalan, a constaté un photographe de l'AFP.

Réunis devant le Palais de l'Europe à Strasbourg, ils ont une nouvelle fois demandé que le Comité de prévention de la torture (CPT) du Conseil de l'Europe envoie des médecins à la prison d'Imrali, l'île turque où est emprisonné Öcalan.

Ses avocats ont rendu publics en mars les résultats d'analyses faites sur des cheveux du prisonnier établissant que leur client souffrirait d'un empoisonnement vraisemblablement dû à l'ingestion de métaux toxiques.

Ces allégations ont été jugées "sans fondement" par la justice turque.

Les partisans d'Öcalan continuent à exiger du Conseil de l'Europe l'envoi d'une "délégation médicale indépendante" afin de procéder à un examen complet du détenu.

Le 11 avril, des Kurdes ont entamé une grève de la faim devant le Conseil de l'Europe qui, selon les organisateurs, se poursuivait mercredi dans les locaux du centre culturel franco-kurde à Strasbourg.

Dix-huit d'entre eux observent un mouvement "illimité" alors que 55 autres kurdes se relaient tous les 5 jours pour les accompagner.

Parmi les grévistes figure l'ex-député kurde du parti pour la démocratie (DEP) et membre fondateur du KNK Remzi Kartal.

Öcalan, leader du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) -- une organisation terroriste selon la Turquie, l'UE et les Etats-Unis-- est détenu depuis 1999 dans la prison de l'île d'Imrali, où il est le seul détenu et où il purge une peine pour "séparatisme".

Des représentants du Conseil de l'Europe ont à plusieurs reprises rendu visite à Öcalan et trouvé son état de santé satisfaisant, mais ont recommandé un allègement de son isolement.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.