Page Précédente

Manifestation à Istanbul contre les pourparlers de paix avec le PKK


Dimanche 24 février 2013 à 13h23

ISTANBUL, 24 fév 2013 (AFP) — Plusieurs centaines de manifestants ont protesté dimanche à Istanbul contre les discussions de paix avec les rebelles kurdes engagées depuis décembre par les autorités turques, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Nous voulons du respect pour les Turcs" et "Nous voulons du respect pour les martyrs", a scandé la foule en remontant l'avenue de l'Indépendance, la principale artère commerçante de la métropole.

Les soldats tombés au combat contre la rébellion du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sont qualifiés en Turquie de martyrs.

"Nous sommes les soldats de Mustafa Kemal", ont également clamé les manifestants, faisant référence au fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk.

La manifestation est survenue au lendemain d'une visite de députés kurdes au chef emprisonné du PKK, Abdullah Öcalan, sur l'île-prison d'Imrali (nord-ouest), à l'issue de laquelle le dirigeant rebelle a qualifié d'"historique" le processus de paix en cours.

"Suspendez Imrali, pendez ce bâtard d'Öcalan", ont crié les manifestants, dont plusieurs faisaient de la main le signe du loup, signe de ralliement des Loups Gris, une organisation d'extrême droite radicale.

De nombreux protestataires ont également appelé à la démission le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) et son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Les autorités turques ont lancé en décembre des discussions de paix avec le PKK, qui se sont concrétisées par plusieurs entretiens entre Abdullah Öcalan et des responsables du renseignement turc, ainsi que deux visites de députés kurdes à Imrali.

L'objectif est faire déposer les armes au PKK au printemps.

Le PKK combat le gouvernement d'Ankara depuis 1984. Il est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie et de nombreux pays occidentaux. Les combats ont fait plus de 45.000 morts, selon l'armée turque.

Une précédente tentative de négociation avec le PKK en 2009 avait échoué.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.