Page Précédente

Libération du fils d'un ouléma kurde syrien assassiné en 2005


Mardi 14 novembre 2006 à 14h01

LONDRES, 14 nov 2006 (AFP) — Les autorités syriennes ont libéré mardi le fils de l'ouléma kurde syrien assassiné en 2005 Mohammad Maachouk Khaznaoui, a annoncé l'Observatoire syrien pour les droits de l'Homme (OSDH), une ONG proche de l'opposition basée à Londres.

"Cette libération a eu lieu après les actions intensives effectuées lundi par l'OSDH. Elle constitue un pas dans la bonne direction", a affirmé l'ONG dans un communiqué.

Les services de renseignements syriens avaient arrêté cheikh Mourad Khaznaoui lundi à la frontière syro-jordanienne alors qu'il se rendait en Jordanie, avait annoncé peu aupararavant l'OSDH dans un communiqué en citant des informations fournies par son frère, Mourched Khaznaoui.

"L'OSDH appelle les autorités syriennes à former une commission d'enquête composée de juristes honnêtes sur l'assassinat de Mohammad Maachouk Khaznaoui, et de traduire les assassins devant la justice", ajoute l'OSDH.

"L'OSDH demande aux autorités syriennes d'interdire les arrestations arbitraires et de faire cesser les ingérences des services de sécurité dans la justice afin de préserver l'unité nationale" du pays, selon le texte.

Mourched Khaznaoui a accusé "des personnalités influentes du régime syrien d'avoir assassiné son père".

Il a assuré que son père avait "reçu des menaces des services de sécurité après un discours prononcé en avril 2005 dans lequel il avait rendu la sécurité syrienne responsable du meurtre de dizaines de Kurdes syriens en mars 2004".

Des affrontements sanglants avaient opposé en mars 2004, pendant cinq jours, des Kurdes aux forces de l'ordre ou à des tribus arabes dans le nord de la Syrie, notamment à Qamichli et Alep, faisant 40 morts selon des sources kurdes, 25 selon les autorités syriennes.

Vice-président du Centre d'études islamiques à Damas, le cheikh assassiné bénéficiait d'une grande popularité, y compris en dehors de sa communauté.

Les Kurdes représentent environ 9% de la population de Syrie et affirment faire l'objet d'une "politique discriminatoire". Outre la reconnaissance de leur culture, ils demandent à être traités comme des citoyens à part entière en revendiquant des droits politiques et administratifs "dans le cadre de l'intégrité territoriale du pays".

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.