Page Précédente

Les rebelles prennent un quartier d'Alep et un poste militaire à Raqa


Jeudi 25 octobre 2012 à 09h17

ALEP (Syrie), 25 oct 2012 (AFP) — Les rebelles syriens ont étendu jeudi leur emprise sur Alep (nord) en pénétrant dans un quartier à majorité kurde et ont pris le contrôle d'un poste militaire à Raqa (nord-est), selon des habitants et l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Selon les résidents d'Achrafiyé, un quartier à majorité kurde dans le nord d'Alep, près de 200 rebelles ont pénétré jeudi à l'aube dans cette zone jusqu'à présent épargnée par les combats et où vivent de nombreux réfugiés.

"J'ai vu des hommes armés entrer dans ma rue avec des mitrailleuses Douchka montées sur des véhicules où était écrit +Liwa Tahid+", a affirmé à l'AFP un maçon de 28 ans. Liwa Tahid est le nom d'une brigade proche des Frères musulmans, la principale de l'Armée syrienne libre (ASL) à l'intérieur d'Alep.

"Des tireurs embusqués se sont installés dans des immeubles et une cinquantaine d'hommes armés, vêtus de noir et portant sur le front des bandeaux avec des mots d'ordre islamiques, sont entrés dans une école près de chez moi. Je les ai entendus dire à des habitants: +Nous sommes venus pour passer l'Aïd chez vous+", a-t-il ajouté.

L'Aïd al-Adha, l'une des fêtes musulmanes les plus sacrées, commence vendredi. A cette occasion, le médiateur international pour la Syrie Lakhdar Brahimi a proposé une trêve qui a peu de chance d'être respectée.

"J'attends que les choses se calment avant de partir", a confié le maçon.

Selon un accord tacite, ni les rebelles, ni l'armée n'avaient jusqu'alors de présence à Cheikh Maqsoud et à Achrafiyé, des quartiers contrôlés par les forces kurdes. Mais Achrafiyé a une importance stratégique parce qu'il se trouve en hauteur, à un point de passage entre le centre et le nord d'Alep.

A environ 200 km à l'est d'Alep, les rebelles se sont emparés à l'aube d'une position de l'armée régulière qu'ils assiégeaient depuis plusieurs jours à Raqa, tuant trois soldats et récupérant des armes ainsi qu'un char, selon l'OSDH.

Dans la province de Damas, l'armée qui tente de reprendre du terrain dans la banlieue de la capitale, a bombardé Harasta et ses environs, tandis que des combats se déroulaient à Tadamoun et Qadam, dans le sud de la capitale, selon l'OSDH.

Un commandant rebelle a été tué dans une embuscade dans la région de Deraa (sud) et trois civils, dont deux fillettes, ont péri à Rastane (centre), selon la même source.

Mercredi, les violences à travers le pays ont fait au moins 199 morts, en majorité des civils, selon le bilan quotidien de l'OSDH, qui s'appuie sur un réseau de militants et de témoins.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.