Page Précédente

Les Etats-Unis affirment qu'Ankara a le droit de se défendre contre le PKK


Mercredi 19 juillet 2006 à 10h41

ANKARA, 19 juil 2006 (AFP) — Les Etats-Unis ont affirmé mercredi que la Turquie avait le droit de se défendre contre les violences commises par les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) après avoir été accusés la veille par Ankara de pratiquer des doubles standards dans la région.

Le communiqué diffusé par l'ambassade américaine en Turquie a néanmoins réitéré l'opposition de Washington à une intervention unilatérale de l'armée turque dans le nord de l'Irak, où les séparatistes du PKK, qui ont tué 15 membres des forces de sécurité turques la semaine dernière, disposent de nombreux camps.

"La Turquie, comme tout autre pays, a un droit et une obligation à se défendre elle-même et sa population", indique le document.

Le communiqué fait suite à des remarques acerbes du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui a fait remarquer mardi que les Etats-Unis soutenaient les offensives israéliennes en cours au Liban et dans les territoires palestiniens, mais pas une éventuelle action turque en Irak, évoquant des doubles standards.

"Le terrorisme est du terrorisme partout", a-t-il martelé. "Il n'est pas possible d'être d'accord avec une mentalité bienveillante à l'égard des actes d'un pays A mais qui montre une attitude différente quand il s'agit d'un pays B".

M. Erdogan réagissait aux propos de l'ambassadeur américain Ross Wilson, qui avait estimé qu'une incursion turque en territoire irakien "ne serait pas sage".

Washington considère, à l'instar d'Ankara et de l'Union européenne, le PKK comme une organisation terroriste et a assuré la Turquie de son soutien dans sa lutte contre les rebelles.

"Travailler de concert avec les Etats-Unis et le gouvernement irakien peut être un élément essentiel pour le renforcement de la sécurité turque", souligne le communiqué de l'ambassade, exprimant la volonté de Washington de voir la coopération turco-américaine se poursuivre dans la lutte antiterroriste.

Ankara a appelé lundi Bagdad et Washington à agir contre le PKK dans les montagnes du nord irakien et a agité la possibilité, en cas de fin de non recevoir, d'une intervention de son armée.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.