Page Précédente

Le voile islamique et le kurde font leur entrée dans les tribunaux de Turquie


Samedi 26 janvier 2013 à 07h57

ANKARA, 26 jan 2013 (AFP) — Les avocates turques pourront désormais porter le foulard islamique dans les tribunaux de Turquie où les prévenus d'origine kurde seront autorisés à s'exprimer dans leur langue maternelle, a-t-on indiqué samedi de source judiciaire et parlementaire.

Une décision prise au Conseil d'Etat, plus haute autorité administrative judiciaire du pays, à la suite d'une requérante affirmant être victime d'une discrimination religieuse, autorise les avocates à porter le voile lors des procès, ce qui était strictement interdite jusqu'à présent, a expliqué une source judiciaire à l'AFP.

La décision du Conseil d'Etat, intervenue vendredi, a été dénoncée par les milieux favorab les à la laïcité. Le président du barreau d'Ankara, Metin Feyzioglu, estime qu'une avocate "ne peut assurer sa fonction de défenseur d'un prévenu en affichant son appartenance religieuse dans un pays laïque".

Depuis des années, les militants islamistes réclament pour les avocates de pouvoir se couvrir la tête dans les procès judiciaires.

L'interdiction reste cependant en vigueur pour les procureurs et les juges, membres de la fonction publique où le port du voile est toujours interdit.

Par ailleurs, le Parlement turc a adopté un texte de loi autorisant les prévenus d'origine kurde à s'exprimer dans leur langue maternelle dans les prétoires.

Cette mesure, dont le vote a eu lieu tard jeudi et qui s'est déroulé dans une atmosphère houleuse à l'Assemblée nationale, était une exigence de responsables kurdes pour faire progresser les pourparlers de paix récemment entamés entre les autorités d'Ankara et Abdullah Öcalan, le chef emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit), a précise une source gouvernementale.

L'an dernier, des centaines de détenus kurdes avaient observé un vaste mouvement de grève de la faim à cet effet, qui n'a pris fin que sur ordre d'Öcalan.

Le gouvernement islamo-conservateur turc du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2002, a levé certaines restrictions sur le port du voile en Turquie, pays à écrasante majorité musulmane mais laïque.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.