Page Précédente

Le PKK dénonce un raid turc sur l'Irak et revendique un attentat à Istanbul


Mercredi 14 mars 2012 à 16h39

ERBIL (Irak), 14 mars 2012 (AFP) — Les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ont dénoncé mercredi un nouveau raid contre une région du nord de l'Irak où ils maintiennent des bases et ont revendiqué un attentat à la bombe à Istanbul le 1er mars.

Dans la nuit de mardi à mercredi, des avions de chasse turcs ont mené "des raids et des bombardements" contre la région de Dohouk, dans la région autonome du Kurdistan irakien, a indiqué le PKK dans un communiqué.

Déjà le 8 mars, l'aviation turque avait mené des attaques dans des zones voisines, a ajouté le groupe sans préciser si ces séries de raids avaient fait des victimes.

Le nord de l'Irak est utilisé par le PKK comme base arrière pour ses opérations dans le sud-est de la Turquie, peuplé en majorité de Kurdes.

Le PKK a par ailleurs revendiqué l'explosion d'une bombe au passage d'un car de police ayant fait 16 blessés dont 15 policiers dans le centre-ville d'Istanbul le 1er mars.

"Cette opération fait suite au nettoyage militaire et politique auquel le gouvernement turc continue de se livrer", a ajouté le groupe, en accusant ce dernier de vouloir "mener un génocide contre notre peuple et nos forces".

En octobre, la Turquie a lancé une grande offensive par air et sur terre contre les séparatistes kurdes dans le sud-est du pays ainsi que dans le nord de l'Irak.

Le PKK, qui a pris les armes en 1984, est considéré comme un mouvement terroriste par Ankara et une bonne partie de la communauté internationale.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.