Page Précédente

Le nouvel an kurde donne lieu à de nouvelles violences en Turquie: 15 blessés


Mardi 20 mars 2012 à 12h52

DIYARBAKIR (Turquie), 20 mars 2012 (AFP) — Des heurts entre Kurdes et forces de sécurité turques ont fait 15 blessés, dont un grave, mardi à Batman (sud-est), à l'occasion des célébrations du Nouvel an kurde, le Newroz, en dehors des dates autorisées par Ankara, a-t-on indiqué de source de sécurité locale.

Plus de 10.000 personnes ont bravé les interdictions des autorités et manifesté dans un quartier central de Batman, provoquant une violente riposte de la police anti-émeute qui a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène, a-t-on précisé.

Les manifestants ont lancé des pierres et attaqué les forces de l'ordre avec des bâtons.

Quinze blessés sont à déplorer parmi les manifestants dont un hospitalisé avec une blessure à la tête et qui serait dans un état grave. Parmi les blessés se trouve aussi un député kurde du Parlement turc, Ahmet Türk.

Les manifestants ont scandé des slogans en faveur du chef rebelle kurde emprisonné, Abdullah Öcalan, chef historique du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), en lutte armée contre les forces d'Ankara depuis 1984.

Les célébrations du Newroz, qui coïncident avec l'arrivée du printemps, sont l'occasion pour la communauté kurde de revendiquer davantage de droits et d'afficher son soutien au PKK.

Cette année, les autorités ont rejeté les demandes du principal parti pro-kurde BDP (Parti de la démocratie et de la paix) qui souhaitait organiser les célébrations le dimanche et ont désigné le mercredi 21 mars comme étant la seule date autorisée pour ces fêtes.

Des heurts se sont produits dimanche dans le sud-est à majorité kurde et Istanbul, première métropole de Turquie qui abrite une grande communauté kurde.

Cette épreuve de force intervient dans un climat de tensions, la justice ayant arrêté ces derniers mois plusieurs centaines de suspects accusés de collusion avec le PKK.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.