Page Précédente

Le chef du renseignement turc interrogé pour des contacts avec le PKK


Mercredi 8 février 2012 à 09h49

ANKARA, 8 fév 2012 (AFP) — Le chef du renseignement turc, Hakan Fidan, sera interrogé jeudi par des procureurs d'Istanbul sur des négociations directes inédites qu'il a menées en 2010 avec les rebelles kurdes, a-t-on affirmé mercredi de source officielle.

M. Fidan et deux responsables des services secrets (MIT), doivent témoigner dans le cadre d'une vaste enquête contre les ramifications du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), en lutte depuis 1984 contre le pouvoir central, a indiqué Fikret Seçen, un procureur de haut rang d'Istanbul, cité par l'agence de presse Anatolie.

M. Fidan est connu pour avoir mené les premiers contacts directs, vraisemblablement à Oslo et sous les auspices de la Norvège, avec des représentants du PKK, mouvement considéré comme terroriste par la Turquie et bon nombre de pays.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait admis avoir ordonné ces discussions en vue d'une solution négociée au problème du PKK.

Toutefois celles-ci n'ont pas abouti et les combats se sont intensifiés depuis 2011 entre les forces de sécurité turques et les rebelles kurdes.

La Turquie a longtemps refusé tout dialogue avec le PKK.

Mais en 2009 le gouvernement islamo-conservateur de M. Erdogan a lancé une initiative d'"ouverture", visant à octroyer plus de droits à la minorité kurde. Et des informations ont circulé dans les médias sur des discussions avec le PKK impliquant le chef historique du mouvement, Abdullah Öcalan, qui est emprisonné à vie.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.