Page Précédente

La Turquie transfère cinq détenus pour tenir compagnie à Öcalan en prison


Mardi 17 novembre 2009 à 10h18

ANKARA, 17 nov 2009 (AFP) — La Turquie a transféré mardi cinq détenus à l'île prison d'Imrali (nord-ouest) pour tenir compagnie au chef des rebelles kurdes Abdullah Öcalan, unique détenu de l'établissement de haute sécurité depuis son incarcération en 1999, a rapporté l'agence de presse Anatolie.

La décision a été prise en réponse aux critiques du Conseil de l'Europe, qui reproche à Ankara de violer les droits du chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) en le maintenant dans l'isolement sur l'île-prison.

Contacté par l'AFP, le ministère de la Justice s'est abstenu de tout commentaire.

Les cinq détenus transférés ont été condamnés pour appartenance au PKK, a rapporté la presse.

Selon le droit turc, Öcalan, 61 ans, pourra désormais communiquer avec eux dans les zones communes d'activités à raison de 10 heures par semaine.

Au terme de plusieurs visites à Imrali, le Comité du Conseil de l'Europe pour la prévention de la torture et des traitements inhumains ou dégradants a considéré que les conditions de détention d'Öcalan étaient satisfaisantes mais a critiqué Ankara pour l'isolement dans lequel le détenu a été placé.

Fondateur et chef du PKK, Öcalan a été condamné à mort pour trahison et séparatisme en 1999 après sa capture au Kenya.

La condamnation a été commuée en 2001 en une peine de prison à vie en raison de l'abolition de la peine de mort en Turquie.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par la Turquie et de nombreux pays, a pris les armes en 1984 pour obtenir l'indépendance du sud-est anatolien, peuplé en majorité de Kurdes, avant de réduire ses revendications à une forme d'autonomie régionale.

Le conflit a fait quelque 45.000 morts, selon l'armée turque.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.