Page Précédente

Jalal Talabani ne compte pas se représenter à un "poste honorifique"


Mardi 13 decembre 2005 à 05h53

BAGDAD, 13 déc 2005 (AFP) — Le président irakien Jalal Talabani, premier kurde à diriger le pays, a indiqué qu'il ne présentera pas sa candidature pour un second mandat, si le poste de chef de l'Etat reste "honorifique".

"Conformément à la nouvelle Constitution, le président de la république n'a pas le pouvoir de participer à la gestion de l'Etat, et donc je n'accepterai pas d'être un président honorifique", a déclaré M. Talabani, selon un communiqué officiel reçu mardi.

"Je refuse de me porter candidat dans ces circonstances", a-t-il ajouté.

"Le président de la république doit être un vrai président, actif dans la direction de l'Etat et cela pour la simple raison que les Irakiens attendent beaucoup de lui", a estimé M. Talabani, élu en avril dernier.

"Ils lui adressent de nombreuses demandes, ils l'appellent à mettre un terme à l'injustice et à les aider à régler leurs problèmes. Si le président est honorifique, il ne peut pas répondre à ces demandes", a-t-il dit.

M. Talabani, 72 ans, dirige la liste kurde aux législatives de jeudi, née d'une alliance entre son parti, l'Union patriotique du Kurdistan (UPK), et celui de Massoud Barzani, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK).

La Constitution, adoptée lors d'un référendum en octobre, stipule que le président de la république est élu par le Parlement pour un mandat de quatre ans. Ses prérogatives ont été limitées, pour éviter de retomber dans les excès de l'époque de Saddam Hussein.

Le nouveau Parlement, issu des élections de jeudi, devra également désigner les deux vice-présidents.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.