Page Précédente

Irak: Pas d'accord sur le pétrole et le budget entre Bagdad et le Kurdistan


Jeudi 7 decembre 2006 à 15h31

ERBIL (Irak), 7 déc 2006 (AFP) — Le Premier ministre de la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l'Irak, a fait état jeudi de l'échec des discussions avec le gouvernement central à Bagdad pour un accord sur le budget et la répartition des revenus du pétrole.

"Nous n'avons pas pu parvenir à un accord sur le budget, la loi sur le pétrole et la répartition des revenus pétroliers. J'espère que la situation ne va pas s'envenimer", a déclaré Nechirvan Barzani, au cours d'une conférence de presse dans la capitale régionale d'Erbil.

Les négociations doivent cependant reprendre dans les prochains jours, a-t-il ajouté.

M. Nechirvan Barzani a rencontré à Bagdad le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki et le ministre du Pétrole Hussein Chahristani, deux chiites, pour discuter quel pourcentage des revenus issus du pétrole, la principale ressource budgétaire en Irak, devait revenir à la région autonome kurde.

"Le gouvernement nous a proposé de nous reverser 13% de ces revenus, mais nous avons répondu que ce n'était pas assez. Nous voulons 17%", a expliqué M. Barzani.

La constitution irakienne prévoit que les régions du pays reçoivent chacune un pourcentage des revenus pétroliers.

Dans le même temps, le gouvernement du Kurdistan autonome a demandé à Bagdad de pouvoir continuer à signer des contrats pétroliers avec des pays étrangers, dont elle conserverait les bénéfices.

Les deux parties ont également échoué dans leurs efforts pour parvenir à un accord sur l'application de l'article 140 de la Constitution, qui envisage la possibilité d'un référendum pour que certaines régions d'Irak puissent rejoindre le Kurdistan.

Il s'agit en particulier de la région de Kirkouk, aux importantes ressources pétrolières, mais où vivent à la fois des Kurdes, des Arabes et des Turcomans, et où les violences communautaires sont nombreuses.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.