Page Précédente

Irak: musulmans et chrétiens prient ensemble pour la stabilité à Kirkouk


Mercredi 1 juin 2011 à 11h25

KIRKOUK (Irak), 1 juin 2011 (AFP) — Des dignitaires chrétiens et musulmans des communautés arabes, kurdes et turcomanes de Kirkouk ont prié ensemble jeudi soir dans une église de cette ville au nord de Bagdad pour adresser un message d'espoir et apaiser les tensions ethniques dans cette région disputée.

Environ 1.500 personnes ont assisté en la cathédrale chaldéenne de Kirkouk à cette cérémonie, au cours de laquelle des cantiques ont été chantés et des passages de la Bible et du Coran ont été lus.

"Les chrétiens et les musulmans sont rassemblés ici à Kirkouk, qui a souffert ces dernières semaines de violences qui nous ont tous blessés", a déclaré l'archevêque chaldéen de Kirkouk, Louis Sako.

"Il faut que chrétiens et musulmans prient ensemble pour la paix et la stabilité dans notre pays et dans notre ville."

Mgr Sako a espéré que des prières similaires puissent être organisées prochainement dans des mosquées chiites et sunnites, "pour lancer un appel fraternel fort en faveur de la paix, de la stabilité et de la sécurité dans notre ville".

Adnan Sayed Fattah Agha, chef de la tribu kurde Kakiya, a affirmé que ce genre d'événement "nous ramène tous, musulmans, chrétiens, arabes, kurdes, turcomans, à la réalité originelle".

La province riche en pétrole de Kirkouk se trouve au coeur d'une dispute entre le gouvernement central irakien et les autorités du Kurdistan, qui la revendiquent comme une partie intégrante de leur région autonome.

Cette dispute, qui complique la lutte contre les groupes insurgés dans ce secteur, a plusieurs fois été présentée par les responsables américains comme une des plus grandes menaces pour la stabilité future de l'Irak.

Cette inquiétude est renforcée par le départ d'Irak, prévu dans sept mois, des forces américaines, qui à Kirkouk participent toujours à une force tripartite comprenant des Kurdes et des Arabes et censée aider au renforcement de la confiance entre les communautés.

Une série d'attentats contre la police de Kirkouk a fait au moins 29 morts et 90 blessés le 19 mai, dans les violences les plus meurtrières en Irak en près de deux mois.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.