Page Précédente

Grippe aviaire: 500.000 volatiles abattus en Irak, manque de Tamiflu


Mardi 31 janvier 2006 à 12h25

SOULAIMANIYAH (Irak), 31 jan 2006 (AFP) — Quelque 500.000 volatiles ont été abattus dans une large zone frontalière du Kurdistan d'Irak, où un premier décès dû au virus H5N1 de la grippe aviaire a été confirmé, a indiqué mardi un responsable ajoutant que la région manquait totalement de médicaments.

"Nous avons un manque chronique du médicament antiviral Tamiflu. Nous ne disposons que de 50 comprimés", suffisant à assurer le traitement de cinq personnes, a affirmé Tahsine Namek, chef d'une commission de lutte contre la grippe aviaire, à Soulaimaniyah, à 330 km au nord de Bagdad.

"Même les équipes engagées dans l'abattage des volailles ne peuvent obtenir de traitement" préventif, a dit ce responsable de la santé.

Il a souligné que ces équipes "avaient déjà abattu quelque 500.000 volatiles dans une vaste zone" qui s'étend sur trois départements, à la frontière de l'Iran.

"La zone s'étend du lieu de villégiature de Doukane, à 60 km de Soulaimaniyah, à Rania", proche de la frontière avec l'Iran, a-t-il dit, ajoutant que 50 hameaux et points de peuplement étaient concernés. Dans certains secteurs, "50% des élevages ont été détruits, dans d'autres 30%".

Pour sa part, le ministre de la Santé Abdel Mouttaleb Mohammed Ali, a annoncé devant la presse l'envoi au Kurdistan de cinq hôpitaux mobiles, deux pour Soulaimaniyah, deux pour Erbil et un pour Dohouk.

Il s'est déclaré "convaincu de la capacité de l'Irak à maîtriser la situation et à empêcher l'expansion de la maladie" vers le centre et le sud.

Le gouvernement irakien a consacré une enveloppe de 26 millions de dollars pour compenser les pertes des villageois, dont les volailles sont décimées.

Le ministre de l'Agriculture Ali al-Bahadli a révélé un plan d'abattage systématique de volailles dans les régions frontalières de la Turquie pour empêcher l'expansion de l'épizootie en provenance de ce pays.

Le responsable local du ministère à Soulaimaniyah, Chamal Abdel Wafa, a déclaré qu'une centaine d'équipes s'activaient depuis trois jours pour éliminer les volailles dans 15 secteurs.

Le premier décès dû au virus H5N1 de la grippe aviaire en Irak a été annoncé lundi par le ministre de Santé. Quatorze cas suspects sont par ailleurs signalés, dont deux fortement soupçonnés d'être contaminés par le virus mortel.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.