Page Précédente

Gazprom entre dans un nouveau projet pétrolier au Kurdistan


Mardi 26 février 2013 à 14h32

MOSCOU, 26 fév 2013 (AFP) — Gazprom est entré dans un nouveau projet d'extraction de pétrole au Kurdistan irakien malgré de récentes tensions avec le pouvoir central de Bagdad, mécontent de ses activités dans cette région autonome, a indiqué mardi un responsable du géant russe du gaz.

"Nous avons rejoint un nouveau projet au Kurdistan", a déclaré Vadim Iakovlev, directeur général adjoint de Gazprom Neft, filiale pétrolière du groupe public, cité par les agences russes.

Gazprom Neft sera à la tête du projet de Halabja, dont il détiendra 80% contre 20% au gouvernement de la région, a-t-il précisé. Ce gisement pétrolier pourrait renfermer des réserves atteignant 100 millions de tonnes de pétrole, selon lui.

"Notre prochaine tâche sera de préparer les travaux d'exploration", qui doivent durer sept ans, a expliqué M. Iakovlev.

En visite à Moscou la semaine dernière, le président de la région autonome du Kurdistan Massoud Barzani avait indiqué avoir conclu des "accords très importants avec Gazprom Neft", sans en préciser la nature. Le groupe russe est présent dans la zone sur les gisements de Garmian et Shakal.

En novembre, le gouvernement irakien avait sommé Gazprom de choisir entre l'exploitation du champ pétrolier de Badra, dans l'est de l'Irak, et son engagement avec le Kurdistan.

Bagdad est furieux de voir nombre de compagnies pétrolières étrangères faire affaire directement avec la région autonome sans solliciter son accord.

A l'automne, l'américain ExxonMobil avait répondu à un ultimatum posé par Bagdad en disant préférer un contrat signé avec le Kurdistan à l'exploitation d'un champ pétrolier du sud de l'Irak.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.