Page Précédente

Excavations en Turquie à la recherche de corps de Kurdes disparus


Mardi 21 juillet 2009 à 11h55

DIYARBAKIR (Turquie), 21 juil 2009 (AFP) — Des fouilles ont débuté mardi à la demande d'un tribunal dans une base militaire du sud-est de la Turquie dans l'espoir de retrouver les corps de 12 Kurdes portés disparus depuis 1994, ont affirmé des sources judiciaires.

Le ministère public a ordonné le lancement des excavations à Derecik, dans la province de Hakkari, après avoir reçu une lettre d'un ancien soldat affirmant avoir assisté à l'exécution des 12 hommes dans la base, ont indiqué ces sources.

Les autorités judiciaires ont multiplié au cours des derniers mois les recherches de corps pour faire la lumière sur des disparitions de Kurdes dans les années 1990, au plus fort de l'insurrection kurde dans la région, qui auraient pu être victimes d'exécutions sommaires par les forces de sécurité.

Les 12 hommes appartenaient aux "gardiens de village", une milice kurde financée par Ankara pour lutter contre les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Les parents des disparus affirment que ceux-ci ont été accusés de jouer un double jeu, c'est-à-dire de soutenir le PKK, et les ont vus pour la dernière fois avant leur disparition accompagnés de soldats.

Ces enquêtes ont abouti à la publication la semaine dernière d'un premier acte d'accusation, dans lequel le ministère public réclame la prison à vie pour sept suspects, dont un colonel, accusés de l'exécution sommaire de 20 personnes dans la province de Sirnak, voisine de celle de Hakkari.

Selon ce document, le colonel Cemal Temizoz avait formé une sorte de milice chargée de poursuivre des personnes suspectées d'aider les rebelles kurdes, lorsqu'il était en fonction dans la province de Sirnak, de 1993 à 1996.

Le conflit entre les rebelles du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les forces de sécurité turques a fait au moins 45.000 morts, et des milliers de déplacés.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.