Page Précédente

Dispute entre la Commission électorale et les Kurdes sur le vote à Kirkouk


Lundi 12 decembre 2005 à 15h01

BAGDAD, 13 déc 2005 (AFP) — La Commission électorale a affirmé lundi avoir écarté des milliers d'Irakiens des listes électorales à Kirkouk (nord), après avoir découvert des fraudes dans leur enregistrement, malgré les critiques de responsables kurdes.

"Après la fin de la mise à jour des listes électorales, les experts de la Commission ont remarqué une grande différence entre les chiffres à Kirkouk et la moyenne nationale", a déclaré aux journalistes un responsable de la Commission indépendante, Farid Ayar.

En l'absence d'un recensement récent de la population, les listes électorales ont été établies sur la base des cartes de rationnement, distribuées aux Irakiens sous Saddam Hussein.

La Commission a récemment entrepris une opération de mise à jour de ces listes, le nombre des électeurs inscrits passant de 14 millions lors des élections de janvier à 15,5 millions pour les législatives de jeudi.

M. Ayar a expliqué que la moyenne nationale d'augmentation du nombre des électeurs était de 8,13%, alors qu'à Kirkouk elle a atteint 45%.

Kirkouk, habitée par des Kurdes, des Arabes et des Turcomans, a été fortement arabisée sous Saddam Hussein et les Kurdes réclament aujourd'hui le droit à leurs déplacés de voter dans cette ville pétrolière.

"Nous nous attendions à une augmentation de 28% à Kirkouk, mais les deux derniers jours de mise à jour des listes, un nombre inexplicable d'électeurs a été ajouté", a dit M. Ayar.

La Commission a alors enquêté et trouvé de nombreuse violations, comme par exemple des formulaires non signés alors que d'autres portaient la même signature. Elle a alors décidé d'écarter 81.297 formulaires, a précisé M. Ayar, sans dire combien de Kurdes étaient concernés par cette mesure.

Rizkar Ali, responsable du l'Union patriotique du Kurdistan (UPK, de Jalal Talabani), avait accusé samedi la Commission d'avoir écarté quelque 200.000 électeurs "parmi les déplacés et les réfugiés" kurdes des listes à Kirkouk.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.