Page Précédente

Décès d'un habitant du sud de l'Irak porteur de symptômes de la grippe aviaire


Mardi 7 février 2006 à 12h55

AMARA (Irak), 7 fév 2006 (AFP) — Un éleveur de pigeons d'Amara, dans le sud de l'Irak, est mort porteur des symptômes de la grippe aviaire et le laboratoire vétérinaire de Bagdad a confirmé mardi que deux de ses oiseaux étaient porteurs du virus H5N1.

"Mohanad Radi, 30 ans, qui élève des pigeons, a été hospitalisé durant cinq jours. Il est mort dimanche deux jours après être rentré chez lui", a affirmé à l'AFP Adel Mohajar al-Maliki, gouverneur de la ville d'Amara, à 365 km au sud de Bagdad.

"Nous avons envoyé un prélèvement sanguin de l'homme à Bagdad", a ajouté le gouverneur.

Les services sanitaires ont effectué un prélèvement sanguin de deux oiseaux morts, lui appartenant. "Je peux vous confirmer aujourd'hui qu'ils sont porteurs tous les deux du virus H5N1", a affirmé à l'AFP le directeur de la compagnie générale vétérinaire (publique) à Bagdad, Daoud Mohammad Chérif.

"Nous avons prévenu l'Organisation mondiale de santé qui doit acheminer l'échantillon à son laboratoire du Caire", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre kurde de la Santé de la province de Soulaimaniyah, Mohammed Khouchno, a indiqué à l'AFP que cinq personnes avaient quitté mardi l'hôpital de la ville et que quatre autres restaient encore hospitalisées.

Selon lui, parmi les cinq qui ont regagné leur domicile, quatre n'avaient pas la maladie mais la cinquième Sabria Mohammed, 45 ans, avait la grippe aviaire mais a pu être guérie avec l'antiviral Tamiflu. Il n'a pas précisé si cette personne avait contracté le virus H5N1.

Deux personnes sont décédées des suites du virus H5N1 au Kurdistan irakien, selon les résultats d'analyses effectuées par l'OMS. Il s'agit de Hamma Sour Abdallah, 40 ans, décédé le 27 janvier, et sa nièce de 14 ans, Chanjin Abdelkader, originaire de la région kurde de Rania (frontalière de l'Iran et de la Turquie), morte le 17 janvier.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.