Page Précédente

Bagdad et les kurdes irakiens ont la "volonté" de combattre le PKK (Erdogan)


Jeudi 10 juillet 2008 à 12h43

BAGDAD, 10 juil 2008 (AFP) — Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé jeudi à Bagdad que les gouvernements d'Irak et du Kurdistan irakien l'avaient assuré de leur "volonté" de combattre les séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

"Nous avons obtenu le soutien du gouvernement Maliki et du gouvernement régional du Kurdistan irakien contre le PKK. Le PKK est une menace, pas seulement pour l'Irak et la Turquie, mais pour toute la région", a déclaré M. Erdogan.

"Nous n'autorisons pas de telles organisations à empoisonner les relations entre nos deux pays. Il y a une compréhension commune du problème. Il y a une volonté commune de défaire l'organisation", a insisté le Premier ministre turc.

M. Erdogan a également annoncé la formation d'un "Conseil suprême de coopération stratégique", qui comptera notamment les Premiers ministres des deux pays, pour aborder ensemble les sujets communs aux deux pays.

Depuis décembre, la Turquie a mené plusieurs interventions militaires contre les bases dans le nord de l'Irak du PKK, considérée comme une organisation terroriste par Ankara, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Ces opérations, notamment des bombardements aériens, avaient provoqué de vives réactions de la part du gouvernement régional du Kurdistan irakien, ainsi que du président irakien Jalal Talabani, un Kurde.

Le gouvernement turc affirme que 2.000 rebelles kurdes du PKK sont cachés de l'autre côté de sa frontière avec l'Irak. Le PKK se bat depuis 1984 pour l'autonomie du sud-est de la Turquie. Le conflit a fait plus de 37.000 morts.

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.