Page Précédente

Syrie: la police militaire russe commence à patrouiller dans la région de Minbej


Mardi 8 janvier 2019 à 15h34

Moscou, 8 jan 2019 (AFP) — La police militaire russe a commencé à patrouiller dans les environs de la ville syrienne de Minbej, une zone autrefois sous contrôle des combattants kurdes soutenus par les Etats-Unis, a indiqué mardi un porte-parole de l'armée russe.

"L'objectif est d'assurer la sécurité de la zone de responsabilité et de surveiller la situation et les mouvement des formations armées", a précisé à la chaîne de télévision Rossiïa 24 Ioussoup Mamatov, ajoutant que la police militaire russe était déployée "autour de Minbej", mais pas dans la ville en elle-même.

Selon Rossiïa 24, la police militaire russe sera déployée dans la zone "de manière régulière". La chaîne a montré un groupe d'une dizaine de membres de cette force, vêtus de kaki, traverser des villages à bord de véhicules tout-terrain et de camions arborant le drapeau russe.

La Russie intervient depuis septembre 2015 en soutien des troupes gouvernementales syriennes, qui se sont récemment déployées dans la région de Minbej, située dans le nord de la Syrie, près de la frontière avec la Turquie.

Les combattants kurdes, redoutant une offensive turque, ont appelé le régime syrien à déployer ses troupes dans la zone fin décembre, après l'annonce surprise par Donald Trump d'un retrait américain de Syrie.

De hauts responsables militaires américains ont multiplié les mises en garde à l'égard de Donald Trump contre un retrait précipité qui laisserait la voie libre en Syrie aux alliés du régime de Bachar al-Assad, à savoir la Russie, grande rivale des Etats-Unis, et l'Iran, bête noire de l'administration Trump.

Quelque 2.000 soldats américains, essentiellement des forces spéciales, sont actuellement déployés en Syrie pour combattre le groupe Etat islamique et former les forces locales dans les zones reprises aux jihadistes.

Les combattants kurdes forment l'épine dorsale des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui avaient pris Minbej à l'EI en 2016. Ils se sont récemment retirés de cette ville après l'annonce du départ américain.

Lundi, Donald Trump a assuré que le retrait américain serait mené "à un rythme adapté tout en continuant en même temps à combattre l'EI et à faire ce qui est prudent et nécessaire pour tout le reste".

Les informations ci-dessus de l'AFP n'engagent pas la responsabilité de l'Institut kurde de Paris.