Bülent Arinç : Libérez Demirtas et Kavala

mis à jour le Mercredi 25 novembre 2020 à 18h31

MEMBRE DU HAUT CONSEIL PRESIDENTIEL « J'ai protesté en lisant les actes d'accusation contre Demirtaş, Kavala » Bülent Arınç, membre du Haut Conseil consultatif présidentiel, dit avoir protesté en lisant les actes d'accusation contre Selahattin Demirtaş et Osman Kavala: «Je pensais qu'ils ne pouvaient même pas être l'œuvre d'un enfant, j'avais même envie de porter ma robe (d’avocat).»

Le membre du Haut Conseil consultatif présidentiel Bülent Arınç, qui est également l'un des membres fondateurs du parti au pouvoir pour la justice et le développement (AKP) et un ancien président du Parlement, a fait des remarques sur la détention préventive continue de Selahattin Demirtaş, l'ancien coprésident de le Parti démocratique des peuples (HDP) et Osman Kavala, l'homme d'affaires arrêté et défenseur des droits.

En assistant à une émission en direct sur Habertürk TV hier soir (19 novembre), Arınç a évoqué les actes d'accusation contre Kavala et Demirtaş et a déclaré: "Je pensais qu'ils ne pouvaient même pas être l'œuvre d'un enfant, j'avais même envie de porter la toge." Exprimant son "étonnement" que Kavala soit toujours arrêté, il a déclaré: "Demirtaş peut également être libéré".

Arınç a brièvement dit ce qui suit:

« Avec l'acte d'accusation, la libération est possible »

«Il est à la fois possible qu'un acte d'accusation soit déposé contre une personne arrêtée depuis 3-4 ans et qu'il ou elle soit libéré avec cet acte d'accusation. «Je dis cela en me fondant sur le principe d'exceptionnalité de l'arrestation, en invoquant le principe que« l'arrestation ne doit pas devenir une punition ».

« Lire le Devran de Demirtaş »

"Alors que la question de Demirtaş a été soulevée, je voudrais dire quelque chose à ceux qui nous écoutent maintenant. Il y a un très beau livre d'histoires écrit par Demirtaş, son nom est Devran*. S 'il vous plaît, achetez et lisez-le. "Je l'ai lu dans ce processus. Vous ne changerez peut-être pas votre point de vue sur Demirtaş après l'avoir lu, mais tant de choses changeront dans vos esprits sur les Kurdes et le traumatisme subi par les Kurdes.

«L'un des [groupes] lésés de ce pays est les Kurdes. Nous avons tous besoin de lire ce qui s'est passé dans la prison de Diyarbakır en 1980 [période du coup d'État militaire] à partir des histoires de « Devran ».

"Demirtaş peut être libéré"

«Lorsque j'étais vice-Premier ministre, certaines personnes ont été libérées dans le cadre du processus de réglement [pour la question kurde]. Cela [il] peut également être libéré. Les juges, les procureurs et les tribunaux devraient penser de manière libérale.

«Même s'il n'est pas écrit comme tel,« penser de manière libérale »est à la base de la réforme judiciaire qui doit être introduite aujourd'hui.

"Kavala doit être libéré"

"Les allégations contre Kavala ont été rassemblées dans un nouvel acte d'accusation. Mais l'homme est arrêté depuis 2017. »

«Ils m'apportent des actes d'accusation, ils pensent peut-être [hautement] à moi. Je l'ai lu. Je suis étonné qu'il soit toujours arrêté. Il a besoin d'être libéré. »

"Je dis cela sur la base de ce que j'ai lu. Je ne suis ni juge ni procureur. Chers juges et procureurs ... En droit pénal, vous ne pouvez pas simplement briser le cœur d'une personne en deux et regarder ce qu'il y a dedans. Vous ne pouvez pas fabriquer des preuves fondées sur le doute, la suspicion ou la comparaison. »

"J'ai protesté en lisant les actes d'accusation"

J’ai été avocat pénaliste pendant 30 ans. Quand j'ai lu ces actes d'accusation, j'ai protesté en disant:" Ce ne pouvait même pas être le travail d'un enfant ".

«En fait, quand j'ai dit: 'J'ai envie de porter ma robe d’avocat, un troll de notre cercle m'a dénoncé en m'appelant 'Bülo en robe’.

"Ils devraient être libérés au moins par précaution"

«Les gens qui connaissent la loi pourraient penser que ces accusations sont décousues, ils pourraient tout aussi bien penser que cela vise à affaiblir une certaine perception. N'est-ce pas ce qui s'est passé avec le pasteur [Andrew] Brunson? N'est-ce pas ce qui s'est passé avec [ journaliste] Deniz Yücel? Ils se sont rencontrés à Büyükada, oh les traîtres, qui sait de quoi ils ont parlé là-bas ... Nous ne pouvons briser le cœur de personne en deux et regarder là-dedans. Nous saurons de quoi ils ont parlé. Nous saurons pourquoi ils se sont rencontrés Nous saurons s’ils ont agi conformément à ce qu’ils ont fait, nous examinerons le début de l’incident matériel.

"Je dis cela en tant que personne de droit, ces personnes devraient être libérées, au moins par mesure de précaution. Le tribunal pourrait rendre son jugement. Parce que le jugement qui doit être rendu par ce tribunal a un mécanisme de contrôle. Il ira d'abord à la cour d'appel puis à la Cour de cassation."


Ces déclarations ont valu à l’ex-Vice Premier ministre des critiques virulentes du président Erdogan et de son allié d’extrême droite Devlet Bahçeli. Devant le tollé suscité dans les media M. Arinç s’est dit meurtri et a démissionné de son poste au Haut Conseil présidentiel.

Par ailleurs, l’ex-député de Diyarbakir et cofondateur d’AKP, Ihsan Arslan a été déféré à l’unanimité de la direction de  l’AKP devant le conseil de discipline de ce parti.  Son crime : avoir déclaré dans un entretien avec la section turque de la BBC qu’il pensait « qu’on n’était pas très loin d’un système parlementaire ».

Dans la Turquie d’Erdogan, même les vétérans de son parti n’ont pas la liberté d’opinion. Ils doivent suivre le chef (Reis) sans broncher et sans exprimer la moindre opinion personnelle.