DATES


DU
Mardi 19 octobre 2004 - 16h00

AU
Mercredi 8 decembre 2004 - 16h00

ADRESSE
Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine

Départ et arrivée



Départ et arrivée
Pièce de Théâtre de
Kazem Shahryari
Information : www.artstudiotheatre.com

Départ et arrivée

 

une pièce écrite par Kazem Shahryari et Dermot Bolger

avec la collaboration de Emile-Jean Dumay

chantier de création

au Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine

      mardi 16 décembre 2003 à 20h30

Une écriture à quatre mains

Rencontre avec Kazem Shahryari et le traducteur Emile-Jean-Dumay, autour d'une lecture d'extraits de « Départ et arrivée »

 mardi 10 février 2004 à partir de 19h

Fête irlandaise et kurde

En collaboration avec l'Institut Kurde et le Centre Culturel Irlandais de Paris

 mardi 27 mars 2004 à 21h

représentation de « Ombre et lumière d'Avril »

pièce de Dermot Bolger, mise en scène Kazem Shahryari (créée en mars 2003)

 

è du 2 au 6 avril 2004

représentations de « Départ et arrivée »

dans une mise en scène de Kazem Shahryari

production Art Studio Théâtre, Théâtre Jean-Vilar de Vitry

dans le cadre de l'initiative "un théâtre, un auteur" du Groupe des 20 théâtres en Ile-de-France

Saison 2004/2005

Tournée en France et création à Dublin (en anglais)…

 Contacts

Relations publiques et presse : Nicole Chiche 01 45 80 96 09 / 06 80 27 46 33

Théâtre Jean-Vilar de Vitry : 01 55 53 10 70

Départ et arrivée

La pièce lie les destinées de deux jeunes femmes, irlandaise et kurde, que l'on retrouve à trente ans d'intervalle dans une même chambre d'hôtel à Dublin. Toutes deux enceintes, elles ont quitté leur pays en quête d'une vie meilleure pour elles-mêmes et l'enfant à naître...

 

1970 : Maureen est en partance vers l'Angleterre. à l'aube du lendemain, elle partira rejoindre sa sœur aînée qui vit à Birmingham, une ville où l'on voit encore dans certaines pensions de famille l'écriteau “Interdit aux nègres, aux chiens et aux irlandais”.

Aujourd'hui : Sûsan, fuyant la répression dont sont victimes les kurdes dans son pays, arrive de Turquie puis de France.

La pièce se bâtit autour des souvenirs, des craintes et des rêves qui habitent les deux personnages en cette nuit-là, la première et la dernière passée à Dublin.

Les deux monologues se déroulent simultanément, chacun s'inscrivant dans les silences naturels de l'autre. Les souvenirs et les émotions des deux jeunes femmes se recoupent, se chevauchent, et les fantômes du passé • les parents, l'amant... • se confondent...

La pièce nous montre deux itinéraires, deux voyages liés par des espoirs et des craintes partagés.

Elle explore aussi ce qui a ou non changé sur cette période de trente ans, dans des pays qui se situent à un stade différent de développement.

Elle se saisit d'expériences humaines que plusieurs nations d'Europe (l'Irlande, la Turquie, la France, l'Angleterre) ont partagées au cours de la seconde moitié du 20ème siècle.

Les auteurs

Kazem Shahryari

Français d'origine iranienne, Kazem Shahryari pratique depuis trente ans l'écriture et la mise en scène.

Contraint à l'exil, il a interrompu son travail en faveur de la liberté à Téhéran et l'a repris en faveur de la liberté à Paris, en créant son propre outil de travail, l'Art Studio théâtre. Bâti de ses propres mains il y a dix ans, au cœur d'un quartier populaire de Paris, le XIXème, l'Art Studio théâtre est surtout un laboratoire de création consacré aux auteurs vivants, d'où qu'ils viennent. Ouvert au public pour donner à découvrir des aventures théâtrales originales, des textes inédits, c'est un lieu de rencontre et d'échange.

Auteur de nombreuses pièces de théâtre et recueils de poésie, Kazem Shahryari dirige également deux collections, Théâtre des 5 Continents et Création/Réel, aux Editions L'Harmattan.

Dermot Bolger

Né dans la banlieue nord de Dublin, Dermot Bolger, après avoir travaillé comme ouvrier d'usine puis comme assistant bibliothécaire, se consacre exclusivement à l'écriture depuis 1984.

Très célèbre en Irlande, il a à son actif sept romans, neuf pièces publiées et plusieurs volumes de poèmes. Traduits en français, allemand et suédois, audacieux et controversés, véritables révolutions littéraires contre l'Irlande conformiste, ses romans sont inventifs dans l'écriture, violents jusqu'à l'excessif, témoignage des mutations modernes et reflet d'une noirceur générale.

Son écriture pour la scène s'inscrit, par l'expression des émotions et de la clairvoyance, dans un contexte et une langue du quotidien. Le jeu des interférences et de la cohabitation du présent et du passé s'y poursuit poétiquement, signe majeur de l'Irlande d'aujourd'hui.  

Emile-Jean Dumay, traducteur

Spécialiste du théâtre irlandais contemporain, Emile-Jean Dumay est l'auteur d'une thèse sur Le théâtre de Sean O'Casey. Membre de la Maison Antoine Vitez et de la Société Française d'Etudes irlandaises, il a traduit les pièces de Tom Kilroy, Tom Murphy, Sebastian Barry, ainsi que trois œuvres longues de Dermot Bolger. 

La rencontre entre Dermot Bolger et Kazem Shahryari

Kazem Shahryari découvre le théâtre de Dermot Bolger via Emile-Jean Dumay, son traducteur en France. Vers 2000, Bolger a pratiquement décidé de cesser d'écrire pour la scène. Kazem décide alors de faire publier et de créer ses œuvres majeures : en 2002 et mars 2003, il monte successivement Prodige et Ombre et lumière d'avril à l'Art Studio Théâtre à Paris, qui suscitent des commentaires élogieux en France (Prodige sera choisie parmi les meilleures de l'année pour une adaptation-mise en voix au Théâtre du Rond-Point, dans le cadre de " Lire en fête " organisé par le Centre National du Théâtre)  et en Irlande où l'Irish Times, l'Ambassade d'Irlande à Paris et l'Ambassade de France à Dublin salueront à la fois l'auteur et le metteur en scène.

En mai 2002, Bolger reprend confiance dans le théâtre... Quelques mois plus tard, émerge l'idée d'une écriture à quatre mains. Ce sera « Départ et arrivée ».

Une écriture à quatre mains

Emile-Jean Dumay, traducteur

 

Pièce internationale, pièce européenne ? Comment la nommer ? La collaboration de deux écrivains à des œuvres romanesques ou dramatiques n'est pas chose très rare, cependant il s'agit ici d'une première collaboration en deux langues : l'irlandais Dermot Bolger apporte en langue anglaise son personnage irlandais et le confronte avec celui créé en langue française par Kazem Shahryari. Tous deux ont vécu dans leur chair l'exil, le vivent encore. Qui plus est le personnage de Kazem s'exprime dans une langue d'emprunt, le français ; la langue de Kazem est le persan, celle de son personnage se partage entre le turc et le kurde… Et pour couronner le tout, deux traductions simultanées sont nécessaires pour que le projet prenne vie et se concrétise sur scène ; au fur et à mesure de l'avancée de l'écriture et des « navettes », je traduis en français les apports successifs de Bolger pour que Kazem réagisse dessus, et en anglais les apports de Kazem pour faire « rebondir » Bolger.

Nous aurons donc, à l'arrivée, tout prêts, deux textes à notre disposition, l'un en anglais, l'autre en français, pour une pièce à deux personnages dont l'Irlande sera le commun dénominateur. Pays dont on partait, pays où l'on arrive, marqué hier comme aujourd'hui par le spectre du rejet, du racisme, de la xénophobie.

De plus, nous aurons deux temps concomitants puisque, dans un exercice où les Irlandais sont passés maîtres, les deux jeunes femmes appartenant à des temps différents sont présentes sur scène dans la même chambre d'hôtel et se répondent « sans vraiment se répondre ». Pièce donc d'une très grande richesse qui devra faire ses preuves de vitalité ou tout simplement d'existence.

Compagnonnage avec Kazem Shahryari

Gérard Astor, directeur du Théâtre Jean-Vilar

Son premier spectacle donné au Théâtre Jean-Vilar fut un conte écrit par lui, et donné pour le jeune public et les adultes.

La connaissance de son histoire personnelle et de son parcours de poète et metteur en scène en Iran pendant la révolution, puis la fréquentation de son œuvre française (textes et mises en scène), me conduisirent à lui proposer l'écriture d'une pièce faisant écho à Grand Peur et Misère du Troisième Reich, dans le cadre de l'engagement que j'ai pris devant les anciens déportés de Vitry et leurs familles, de travailler chaque saison la tragédie dont ils ont été victimes et acteurs. Ce fut Au revoir et bonjour Monsieur Brecht, en 2001. 

Cette saison, il s'affrontera avec nous à un double défi : parler du monde, à « quatre mains ».

Il s'associe à Delmot Bolger, l'un des romanciers et dramaturges irlandais les plus importants de l'heure, pour écrire deux destins croisés à trente ans d'écart : celui d'une femme irlandaise quittant jadis son pays inhospitalier pour le continent, celui d'une jeune kurde fuyant aujourd'hui la Turquie. Départ et arrivée, sur la terre d'Irlande, avec halte dans la même chambre d'hôtel. 

Dans le même temps, l'association qui accompagne la vie du Théâtre Jean-Vilar lui a passé commande d'une recherche sur les trente années d'activités de celui-ci, depuis la vie culturelle et artistique qui précéda et « appela » la construction du bâtiment, jusqu'aux aventures qui lient le lieu et la population de sa ville, et dont le ballet Vertiges (coproduit avec la CMCAS EDF Production Région Parisienne) fut le dernier exemple. Cette recherche sera publiée. 

Dans le même temps aussi le théâtre accueille deux autres artistes dans un tissage serré avec des lieux, des groupes et des personnes de Vitry (la chorégraphe tunisienne Imen Smaoui et l'« écrivaine » québécoise Suzanne Lebeau). 

Les échanges entre ces différentes expériences, déjà aménagés, devraient les enrichir les uns les autres, et nous permettre de mieux construire et comprendre l'aller-retour entre un territoire et des écritures artistiques.