Page Précédente

Une ministre échappe à un attentat, dix tués à Mossoul




MOSSOUL (Irak), 28 mars (AFP) - 0h27 - La seule femme ministre du gouvernement transitoire irakien, la Kurde Nesrine al-Barwari, a échappé dimanche à un attentat près de Mossoul qui a fait trois morts, et sept autres personnes, dont deux Occcidentaux, ont été tuées dans cette ville du nord de l'Irak.

Mme Barwari, 37 ans et ministre des Travaux publics, "a échappé à une tentative d'assassinat à al-Karama, à l'est de Mossoul, aujourd'hui", a déclaré à l'AFP le commandant de police Raghid Younès Abdallah.

"Trois de ses gardes du corps ont été tués et un autre blessé quand des inconnus ont ouvert le feu contre leur convoi", a-t-il ajouté.

Mme Barwari a été récemment vue en public lors d'une cérémonie à Bagdad en présence de l'administrateur civil américain Paul Bremer, cent jours avant le transfert de pouvoir aux Irakiens prévu le 30 juin. Elle avait annoncé que quatre ministères irakiens seraient indépendants de la coalition au 1er avril, dont le sien et ceux de la Santé, de l'Education et des Ressources hydrauliques.

Dans la même ville du nord de l'Irak le chef de la police du gouvernorat de Ninive a échappé à une tentative d'assassinat dimanche au centre de Mossoul, mais plusieurs personnes ont été blessées quand ses gardes du corps ont riposté, a indiqué la police.

"Il y a une tentative d'assassinat visant le général Mohammad Khairi al-Barhawi, chef de la police du gouvernorat de Ninive", province du nord dont Mossoul est la capitale, a affirmé à l'AFP le colonel Mozahem Khalaf Abdelrahman.

Mossoul a connu dimanche d'autres effusions de sang, dont le meurtre d'un Canadien et d'un Britannique.

Les deux civils occidentaux ont été tués le matin dans une attaque. Un porte-parole de la coalition a indiqué que les deux victimes étaient "des agents de sécurité pour des entreprises". "Ils étaient chargés de la sécurité", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

A Londres, un porte-parole du Foreign Office a confirmé qu'un des tués était britannique. "Nous pouvons confirmer qu'un Canadien a été tué (tôt ce) matin à Mossoul", a déclaré à l'AFP un porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères.

Les deux hommes "ont été tués par des hommes masqués (...) qui ont ouvert le feu à partir d'une voiture Opel avant de s'enfuir", a affirmé à l'AFP le capitaine de police Jalal Mohammad Mahmoud, qui avait d'abord parlé de deux Britanniques.

Selon lui, les victimes faisaient partie d'un convoi de deux véhicules qui se rendaient à la station électrique. Trois ingénieurs britanniques, qui se trouvaient dans le premier véhicule, ont échappé aux tirs alors que le second véhicule a été touché, a-t-il ajouté.

Selon un porte-parole de la coalition, les deux hommes travaillaient dans la sécurité rapprochée.

Quatre Irakiens armés, qui avaient attaqué des troupes un véhicule de la police militaire américaine, ont par ailleurs été tués dans le nord de la ville et deux soldats américains blessés dans la fusillade, selon un officier américain. Dans un premier temps, celui-ci avait indiqué que les quatre assaillants irakiens avaient été blessés.

En outre, un assaillant a été tué par la police après avoir lancé une grenade en face du bâtiment du gouvernorat, blessant un policier et un civil, selon la police irakienne.

En même temps, se tenait à Bagdad une cérémonie marquant le transfert du premier des 25 ministères aux Irakiens.

M. Bremer a remis les clés du ministère de la Santé au ministre irakien Khodayyir Abbas. "Vous occupez désormais la place du conducteur sur la route menant à la souveraineté", a dit M. Bremer au ministre.

Peu avant la cérémonie de transfert, la capitale irakienne a été le théâtre de nouvelles violences. Dans l'ouest de la ville, un soldat américain a été blessé dans l'explosion d'un engin piégé au passage d'un convoi.

Dans ce contexte tendu, la mission d'experts de l'Onu a commencé ses entretiens à Bagdad sur le transfert des pouvoirs.