Page Précédente

Erbil: possible vengeance pour la capture d'un membre d'Al-Qaïda (coalition)




BAGDAD, 2 fév (AFP) - 18h30 - Le double attentat suicide meurtrier d'Erbil (nord) pourrait être une riposte à la capture en Irak d'un responsable présumé du réseau terroriste Al-Qaïda, Hassan Guhl, a affirmé lundi un responsable militaire de la coalition en Irak.

A la question de savoir qui était à l'origine des attentats suicide contre les deux principaux partis kurdes irakiens à Erbil, qui ont fait dimanche au moins 65 morts et 200 blessés, ce responsable a affirmé qu'il pourrait s'agir de la "revanche" d'Al-Qaïda.

Selon des responsables américains, le Pakistanais Hassan Guhl a été capturé le 22 janvier près de la frontière avec l'Iran, où il semblait être venu pour faire des repérages afin d'organiser des opérations et établir des liens avec les islamistes radicaux.

Le général américain Ricardo Sanchez avait alors déclaré que cette capture montrait qu'Al-Qaïda renforçait sa présence en Irak.

Les dirigeants américains avaient évoqué des liens entre Al-Qaïda et le régime irakien déchu parmi les accusations destinées à justifier l'invasion de l'Irak en mars 2003. Aucune preuve formelle de tels liens n'a toutefois été apportée depuis.

Selon une source kurde, M. Guhl a été arrêté par le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) alors qu'il passait la frontière, à hauteur de Haj Oumran, à 100 km au nord d'Erbil.

Les kamikazes ont fait exploser les charges qu'ils portaient sur eux dans les locaux de ce parti et de l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) à Erbil, à 350 km au nord de Bagdad.

Le responsable de la coalition n'a pas exclu que les commanditaires des attentats aient tenté de semer la discorde entre les différentes communautés irakiennes.

Les dirigeants kurdes exigent l'établissement d'un Etat fédéral en Irak, une idée rejetée par les autres communautés.